Revue égyptologique — 2.1881

Page: 45
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1881/0055
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Nécrologie et Nouvelles. — Revue bibliographique.

45

tombe de Meri-ra-Pepi1, tandis que l'autre appartient au fils de ce roi : du nom officiel Mer-en-Ba* et du

nom de famille ^ dont la lecture, pour la première partie (un épervier sur une espèce

de croissant), est soumise à une difficulté. Les derniers mots se lisent em-sa-f. Ces deux rois nous sont bien
connus par la table d'Abydos où ils répondent à deux rois de la sixième dynastie de la table Manéthonienne.
Quant au sujet des inscriptions qui couvrent les parois des couloirs et de la chambre mortuaire des Pharaons
que je viens de citer, il me paraît hors de doute qu'elles représentent les textes fondamentaux du Livre
des Morts dans leur rédaction la plus antique. Vous pouvez donc juger l'importance de la connaissance de
ces précieux documents pour la science! 11 s'agit encore, d'un autre avantage que ces textes présentent
aux recherches scientifiques. Le choix des hiéroglyphes, leur emploi phonétique, le style, la grammaire, la
syntaxe, le dictionnaire de ces textes offrent des particularités qui frappent dès qu'on a commencé à étudier
les nombreuses inscriptions qui, pour la première fois, à une époque aussi reculée, nous présentent les
exemples d'un texte suivi d'une longueur extraordinaire. Ajoutez-y la connaissance des doctrines religieuses
et mythologiques que les inscriptions des deux pyramides fournissent aux études égyptologiques, et vous
aurez une juste idée de la haute importance des découvertes qu'on vient de faire. J'ai trouvé même des
indications de nature astronomique. L'étoile du matin, Orion, Sothis et peut-être encore d'autres étoiles et
constellations s'y trouvent mentionnées, ce qui doit étonner d'autant plus que jusqu'à présent les textes de
l'époque de l'ancien empire ont gardé un silence profond sur ces matières. Donc, la science doit être heu-
reuse de posséder désormais un trésor qui sous tous les rapports promet de précieuses révélations.
M. Maspero, sans doute, s'empressera de publier en entier les curieuses légendes qui couvrent l'intérieur
des deux pyramides. Il a l'occasion de pouvoir débuter brillamment comme successeur de Mariette. J'ai
lu avec le plus grand plaisir et avec le plus grand fruit les derniers mémoires de la Bévue que vous avez
bien voulu expédier au Caire et à mon adresse. J'y ai reconnu, en lisant attentivement les articles sortis
de votre plume, le maître : et je vous en félicite cordialement. Vous faites avancer la science d'un pas

gigantesque....... Mon mémoire4 destiné pour la Bévue partira dans peu de jours.....

Tout à vous

H. Brugsch.

NÉCROLOGIE ET NOUVELLES.

L'Académie des Inscriptions, qui avait si récemment perdu MM. de Satjlcy et Mariette-Pacha, vient
encore de voir mourir le 13 février l'un de ses doyens et de ses membres les plus illustres : M. Paulin-
Paris. Il est vrai que M. Paris laisse à l'Institut un autre lui-même. — Notre grand assyriologue M. 0itert
a succédé à M. Mariette et nous espérons que M. Lenormast succédera à M. Paris.

___ (E. R.)

BEVUE BIBLIOGRAPHIQUE.

Nous avons annoncé, dans le dernier numéro, l'apparition à la librairie Leroux du Panthéon égyptien
ue M. Pierret. Cet ouvrage continue une série entreprise depuis longtemps par le savant conservateur du
Musée égyptien et dont fera partie également son Catalogue de la Salle des dieux, actuellement en prépa-
ration. Déjà ont paru sur le même sujet et de la même main : le Petit Manuel de Mythologie (librairie
Didier); Y Essai sur la Mythologie égyptienne (librairie Vieweg) et de nombreuses notes et monographies
répandues dans les Études égyptologiques etc. La compétence de l'auteur est donc parfaite sur ces questions.
Nous devons ajouter que, lors de la lecture à l'Académie de la dissertation composant Y Essai sur la Mytho-
logie, M. Brugsch-Pacha, l'un des maîtres les plus illustres de la science égyptologique, alors présent à la
séance, fit à M. Pierret des éloges bien flatteurs de son œuvre, en l'assurant qu'il comprenait d'une
façon très analogue ce sujet difficile. C'est cependant à propos de cet Essai que M. Maspero, qui partageait

1 Voir le n°25 du KBnigsbuch de M. Lepsius. (E. R.)

2 Voir lo n° 29 du Kûnigshuch de M. Lepsius. (E, H.)

3 Je no puis distinguer s'il y a^j^.^ ' "" ^^S. ' ""'J^ \ ' ' L" ™'C"r "^"^ <,onI";e salls ''°™te par 'l"cl'i"p
nouvelle variante, m'est inconnue (E. S»).

4 Le numéro de janvier de la Revue étant mis en pages jusqu'à moitié de la dernière feuille, cet article paraîtra dans le pro-
chain numéro. (E. R.)
loading ...