Revue égyptologique — 2.1881

Page: 165
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1881/0203
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Les mesures de capacité.

105

forte. — Actuellement l'huile à brûler de colza est de trois à cinq fois plus chère que le
blé 1 et l'huile de sésame de six à dix fois. — Mais il faut remarquer que l'Egypte était
surtout un pays de production de blé.

LES MESURES DE CAPACITE. .

Nous nous proposons surtout de résumer, dans cet article, les résultats acquis dans les
études métrolog'iques précédemment publiées dans le présent numéro : 1° les pensions alimen-
taires; 2° les données mêtrologiques des prêts de blé; 3° les nouvelles mesures agraires (étudiées
dans leur rapport avec la production); 4° la tenue des livres; 5° la valeur de l'huile. Tous
ces articles nous fournissent des faits intéressants pour les mesures de capacité et qu'il s'agit
de comparer rapidement avec les données des métrologistes.

Mais auparavant il nous semble bon de poser quelques principes importants en cette
matière.

1° En ce qui touche la numération, il faut noter qu'à de rares exceptions près (la
fraction <p>= 2/3 Par Exemple), les Égyptiens ne comptaient primitivement les fractions que
par unités. En démotique, ce système souffrait déjà d'un peu plus nombreuses exceptions. A
côté de 2/3 on avait déjà 3/s, 5/fi et toute l'échelle des dixièmes. Mais c'était encore là des
exceptions. Pour les douzièmes, par exemple, le numérateur ne pouvait être que l'unité, et
l'on était obligé d'avoir recours à plusieurs fractions de système différent. On écrivait ainsi
deux tiers, un sixième et un douzième pour u/12.

2° En ce qui touche les systèmes de comput métrologique, il faut aussi faire quelques
observations préliminaires.

La vieille méthode égyptienne consistait surtout à diviser par 2 et 5 et les multiples
de ces chiffres, tandis que la division par les chiffres 2 et 3 et leurs multiples indique le plus
généralement pour les mesures, les poids etc. une origine étrangère.

Pour la division par 5, je citerai les exemples suivants : L'outeu eed se divisait en

\ç- ■*=—~j A\iVW>

\ (ket') et sa moitié, de 5 ket, formait un poids spécial.. L'argenteus valait 5 sekels.

\ euh v '

10

1 L'huile est en ce moment à bon marché. La mercuriale d'aujourd'hui (23 octobre 1881) marque
pour les 100 kilos (le 7G frcs. 75 c. à 77 frcs. L'huile pèse en moyenne, comme l'ont dit les anciens, les
°/io du poids de l'eau. Un litre d'huile pèse 900 grammes, tandis qu'un litre de bon blé ne pèse que
750 grammes. La même quantité de blé pèse donc 150 grammes de moins pour 900, c'est-à-dire un sixième
en moins. Le blé est depuis deux ans assez cher. Il vaut aujourd'hui de 31 frcs. 80 c. à 32 frcs. Comme
il pèse un sixième eu moins, il faut augmenter d'un sixième le prix de L'huile en poids pour avoir la pro-
portion en volume. Le taux de 75 frcs. 75 c. à 76 frcs. nous donnerait ainsi 89 frcs. 23 c. à 89 frcs. 25 c.
Le blé coûtant de 31 frcs. 80 c. à 32 frcs. pour le même volume, nous avons la proportion d'un peu plus
de 3 pour 1 comme valeur comparative de l'huile de colza par rapport au blé. Or, en ce moment l'huile
est à très bon marché et le blé très cher. La proportion peut donc année moyenne être estimée de 4 à 5
pour 1, ce qui se rapproche beaucoup de la proportion égyptienne, et nous avons déjà dit que l'Egypte
produisait surtout du blé.

'• Les renseignements sur le calcul de la valeur relative des différentes huiles, de leur densité et des
prix moyens ont été pris auprès de M. Foucher, qui joint à la connaissance que lui donne son commerce
d'huile etc. des notions très exactes sur les céréales, connue propriétaire de terres à blé.
loading ...