Revue égyptologique — 2.1881

Page: Farbkeil
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1881/0487
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Récits de Dioscobe.

23

«Les matelots firent ainsi qu'il leur avait dit.

«Cependant l'abbé Macaire s'en alla dans un coin du vaisseau avec un bomme qui
»lui appartenait et dont le nom était Pinoution, comme je l'ai entendu l'appeler.

«L'ayant vu se retirer à l'arrière du vaisseau, je lui dis : — Viens t'asseoir ici'.

« Lui, il ne comprit pas ce que je lui disais : mais à cause du signe de la main que-
»lui avais fait, il vint vers moi et dit : — Me voici! Tu m'appelais, mon père!

«Moi aussi, je n'aurais pas compris sa réponse si le diacre Pierre ne nie l'avait inter-
» prêtée ; car il connaissait les deux langues.

«Cependant mon diacre Théopistus me dit : — Que ferons-nous de ce muet qui est
«embarqué avec nous? Avec qui est-il venu disputer ici? Est-ce que ce sont des Égyptiens
»que les hérétiques, pour qu'il dogmatise avec eux?

«Moi, je lui répondis en disant : — Non, mon fils! Ne parle pas ainsi à l'égard de ce
» juste et ne profère pas une parole de cette sorte contre lui! Crois-moi, si toute la terre
«était pleine d'hérétiques et de démons, les prières de celui-ci les disperseraient comme la
» fumée; et si le monde entier était rempli de glaives et de lances, celui-ci ne craindrait
«rien devant eux!

«Moi, je serai comme î=— ~ î! Que ce vieillard, lui,

» soit comme le législateur IV="„ i^lJ^^ I* ce ^ue ^eu dispersé

» les ennemis hérétiques. Toi =~ Bt que Pierre soit comme

»Aaron sur la pierre inébran E"™ r/i\y^ lit comme Moïse; et vous

«soutenez lui les mains. Moi, =j~~ | Navé, en combattant le

«nouvel Amalec, c'est-à-dire, |~-

«Tournez-vous vers lui -

«Maintenant, mon fils r. =~o Ile recevoir la bénédiction

«de ce saint vieillard; car si =~~ I pénitence pour toi.

«A l'instant, il se proste: 1"^ ^ p ■* | | Pardonne-moi, mon père ;

»car j'ai péché contre toi!

« Le saint, lui, dans sa |"œ q |>i qui ai péché, mon père,

» pardonne-moi !

«Moi, je lui dis : — Cf^ c g n Rnes paS; re8te dehors'

«Le saint lui dit : — : = ~ O p g I, nis;

«Avant que nous n'eussE ^ (saint vit un diacre plein

«d'ostentation, se tenant deb«
«Il dit au diacre Pierrtl
«Il lui répondit : — Ci
«Le saint lui dit : — 1
«Pierre lui dit : — Je =_

« L'évêque reprit : — Si Ën ^ | > -ptent que vingt hommes,

«celui-ci fera le vingt et uni =_ q °0 frésie.

«Pierre nous avertit de= w "q ^^^^ compris que ce vieillard

«était inspiré par Dieu; cari. f } rmaissait ce diacre. J'or-

» donnai donc à mon fils Tiij
loading ...