Revue égyptologique — 2.1881

Page: 200
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1881/0238
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
200

Eugène Revillout.

Quant aux solides, on ne pouvait plus songer dans les provinces à Fartabe ptolémaïque,
trop peu distante de Fartabe romaine et qui permettait des confusions. On ne voulait pas
non plus de Fartabe romaine, trop variable et qui ne représentait rien aux yeux des Égyptiens,
puisqu'elle n'était plus en rapport avec la coudée égyptienne dont ils avaient conservé l'usage.
La population s'attacha donc à la vieille mesure tbébaine quintuple de Fartabe ptolémaïque,
et qui, devenue Fartabe par excellence, en reçut les subdivisions. Nous avons vu plus haut que
le OTomt, G0 de Fartabe ptolémaïque, avait diminué de capacité de manière à devenir le 6°
de la seconde artabe romaine. De là, la mention des métrologistes donnant à l'o tçtv OU oirome
4 chénices au lieu de 6, et, par conséquent, 8 £ecro)ç au lieu de 12. Quand les Égyptiens
ruraux adoptèrent la mesure tbébaine pour artabe, ils procédèrent de même et lui donnèrent
6 oiroine ou iuiy M. de Sacy 1 a déjà fort bien montré que le otoirc ou jujj en question
était le 6° d'un ardeb de 14 boisseaux et '/„ de Paris, c'est-à-dire de 184 litres, suivant les
calculs de la commission d'Egypte2. A côté de cette division par G, nous avons également
celle par 3, répondant au sat et au kermi de l'ancienne artabe etc. etc.

On eut de la sorte le système suivant :

grande mesure tbébaine ou ardeb (5 artabes).............. 1

kermi de l'ardeb ou dareb................. . . . . l/3

oiroine ou wéba de l'ardeb...................... '/6

rob de l'ardeb :s«* .in... . . .• .,.......". • . yM

§60*»)^ de l'ardeb ou rob du dareb.................. </72

cadaa............................ !/96

L'ardeb devait avoir environ 180 litres comme quintuple de Fartabe ptolémaïque. Mais
il faut remarquer que les instruments de mesurage furent souvent peu parfaits à l'époque
arabe. L'ardeb varia ainsi un peu selon les provinces, comme le note la commission d'Egypte,
et il atteignit jusqu'à 184 litres au Caire. Quant au tiers de l'ardeb, (dareb,) il fut souvent,
en conséquence, dans la proportion de 36 à 13, au lieu de rester, comme il l'aurait dû, de 36 à 12.

Telle est, en résumé, l'histoire de Fartabe en Égypte. On voit que les divisions par 5
ont disparu et qu'il ne reste plus que les divisions par 3 et ses multiples.

Notons de plus que Fartabe ptolémaïque de 72 ^ectyjç et ses multiples se conservèrent
en Phénicie3 et en Chypre4, comme dans le monde juif5.

1 Abdellatif, p. 153.

2 Etat moderne, t. II, p. 506.

3 En Phénicie, le cor phénicien conserva 30 sata ou 45 modius. Le saton, qui contenait 24 Çaurr); ou
1 modius et demi, correspondait exactement à l'ancien kermi égyptien (Hultsoh, t. II, 145; t. 1er, p. 258).

4 C'est la medimne de Paphos. Hultsch, t. Ier, p. 261 et 271.

5 Voir plus haut.
loading ...