Revue égyptologique — 2.1881

Page: 338
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1881/0420
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
338

LlEBLEIN.

1° Une stèle de Tombos, publiée dans Lepsios, Denhnaler, Abtb. III, 5 a, qui traite
d'une expédition militaire faite par Tothmès Ier dans la Nubie et dans les contrées méridio-
nales de l'Egypte. «Le roi Tothmès Ier est monté», est-il dit, «sur le trône d'Horus pour
» élargir les frontières de Tlièbes et les terres cultivables de Xefthinebs et pour faire travailler
» pour cela les Heronscha .... Les peuples du sud descendent le Nil et les peuples du nord
»le montent; tous les pays réunis apportent leurs tributs, pour la première fois, au bon dieu
» Tothmès Ier; les Herou (scha) lui donnent l'ivoire et les plantes kennu /§ ° ^3^°*^

.^o [ivoire ou peau tachetée] | §<^>^ ! ]jlf j) '' 11 a battu les^Nôgrê^, les *bar-

»bares nubiens sont renversés sous ses coups», etc.

Il s'agit donc ici, il n'y a aucun doute, d'une expédition militaire faite par Tothmès Ier
dans les contrées méridionales de l'Egypte. La stèle a été érigée à Tombos, ville nubienne,
située sous le 20e et 19e degré; il est ainsi probable que l'inscription a été faite pendant
l'expédition même. Or, elle est datée : l'an II, le 15 Paophi, sous Tothmès Ier. Ce jour-là,
l'armée égyptienne se trouvait, par conséquent, à Tombos ou en Nubie. Mais ce jour de
l'année vague, à quel jour de l'année solaire correspond-il? Nous allons faire le calcul. L'an II
du roi Tothmès Ier est, d'après ma chronologie, l'an 1488 av. J.-Ch.). A cette année, le
1er Toth vague tomba 42 jours après le 1er Toth sothiaque, c'est-à-dire après le 5 juillet
solaire ou grégorien (car l'an 3282 av. J.-Ch., le 1er Toth sothiaque, ou le lever héliaque
de Sothis, et le 1er Toth solaire, ou le solstice d'été, tomba au même jour), par conséquent
au 16 août grég. ; le 15 Paophi vague de l'an 1488 av. J.-Ch. correspond ainsi au 30 sep-
tembre grég.

Notre inscription nous apprend donc que l'armée de Tothmès I" se trouvait, pendant
une expédition militaire contre les Nubiens, à Tombos, le 30 septembre grég.

2° Une stèle d'Assuan, publiée dans Lepsius, Denhnaler, III, 16, traite aussi d'une
expédition militaire, je crois, faite par Tothmès II contre les Nubiens. L'inscription a été
probablement tracée sur le rocher d'Assuan pendant le voyage de l'armée pour la Nubie.
Elle est datée l'an Ier, le 8 Paophi, sous Tothmès II. L'an Ier de Tothmès II est, d'après
moi, environ 1470 av. J.-Ch., et le 8 Paophi vague de cet an correspond au 18 septembre grég.

1 Je regarde § , § "^X ' ^ et § vX > t comme trois formes du même mot, où —«—

est une sorte de déterminatit qui pourrait être tout à fait omis ou bien placé au milieu ou à la fin du
mot, et je rapproche notre mot hunk du copte ç<o<Vii implicatio, ara plectendi comam, et çcoAo' complecti, adhœ-

rere, conjunctus esse. Hunk signifie donc conjoindre, et le déterminatif ajouté indique le cas spécial

conjoindre un don, c'est-à-dire : donner. Ex. : ^ "^X ^ ^^r'n | se donner à Ea; ^ ^

conjoindre les cheveux, c'est-à-dire : tresser, une tresse. x vX ■—«—"tri femme bouclée (Todtenbuch, cil. 115), écrit

^—" 'tCl^' aville, Un ostraeen, pl. A, 7. § "^T " " "1 j| 1~p EH) conjoindre elle à de la pierre,

cest-à-dire : la munir de pierre, ou, comme M. Stebn traduit : constructio e lapide duro. (Zeitschr. f. Ug.
Spr., 1874, 89.)

Enfin notre endroit : x vj. S"1 ° conjoindre à lui Vivoire, c'est-à-dire : («les Hcruscha)

A —o ç ri K^=^— o

lui donnent l'ivoire ».

Les deux derniers endroits nous apprennent que la construction grammaticale du mot Jpink est
double : conjoindre quelqu'un à quelque chose et conjoindre quelque chose à quelqu'un, comme en latin : donare
cliquera aliqua re et donare alicui aliquid.
loading ...