Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: XII
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0015
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

E

L

O

G

E

DE M". F A V E R E A U.


OU S avons en France plufieurs samilles Nobles, qui tirent leur
nom de la mefme origine que celle des Favereaux de la utile de
Coçnac en Angoumois. Ces Fabiens fi célèbres dans l'hiftoire Ro-
maine, n'efioient pas marquez, d'une appellation plus illufire9
comme s'ils fufsent defcendm de quelqu'un qui eufi femé des sèves :
ejr nos F ah as, nos Faviers, nos Faverels, nos Faverolles 9 ejr
nos Favins font de mefme trempe, & "viennent tous peut-eflre d'une pareille ex-
traBion, qucy qu'ils fasfent d present des maifons confiderables. Ainfi Crequy, Nau-
garety Gourdon, la Rover e, Perfi, Fabroniejr Frangipani, n'ont pas des fignifica-
tionsplus éclatantes avec toute leur noblesfe, ejr leur haute antiquité. Tels efloient aujfi
chez, les Romains les Lentules, les Fifons, les Cicerons, les Fapjries, les Stolons, ejr
tant d'autres qui prenoitnt leur dénomination, des lentilles 9 des poix, ejrde chofes
semblables, quoj qu'ils fufjènt pleins de gloire ejr d'honneur. Mais tout cela n'efi point
conteflé: ejrpour dire quelque chofe de M. F avère au, qui fit graver les planches de ce
Livre, & dont nous avons icj le Fortran, il efloit fils de Pierre Favereau, Efcuyer
Sieur de la Bourgeferie, & de Puyraimond, ejrde Damoifelle Anne de Ranfon. Il na-
quit à Cognac, l'an mil cinq cens nonante, ejr sut nommé 'Jacques. Eftant devenu en
âge d'esiudier-i il sut envoyé à Paris, ejr recommandé auxfeins de M. Efiienne Pasquier
Advocatgênerai en la Chambre des Comptes, allié de sion pere 3 ejrfonbonamy. Cet
excellent homme ajfez, connu pour son fçavoir aux curio[itez> de l'Hiftoire, dont il nous
a laifféun Livre exprés, le prit en ajse&ion, ayant connu la vivacité de [on esi?rit, &
les inclinations qu'il avoit aux belles Lettres ; de forte qu'il ne prit pas moins de plaifir à
l'élever que le plus cher de fis enfants, ce qui fit avancer tellement cette jeune plante,
qu'elle devint en peu de temps capable de porter des fleurs ejr des sruits. Mats le généreux
Pasquier n'en demeura pas là. Quand M. Favereau fut en âge de sie marier, il luy vou-
lut donner sa petite-sille Marguerite Pafquier 5 sille aifhée du fleur de Bufsi le dernier de
sies sils : loutesfois la mort l'ayant prévenu dans une heureufe vieillesfe, // n'eut pas le
contentement d'en voir la folemnité, qui ne sut célébré que deux ans après, lors qu'il
sut pourveu d'une charge de Confeiller en la Cour des Aydes à Parts, en l'année mil fix
cens dix-fept. Il s'eftoit acquis avant cela beaucoup de repution au Barreau ? par les
beaux plaidoyers qu'il y fit, mais il l'accrut merveilleufement sur le Tribunal de la Jufti-
ce 9 ou sin intearité ejr sa prudence le rendirent également recommandable jufques au
mois de May de l'année milfix cens trente-huit qu'il ?nourut > dans une admirablere-
figna-
loading ...