Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 315
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0373
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

ANDROMEDE XL.
E sujet si connu , non seulement par les belles
Poësies d'Ovide, & parcelles de Nonnus, mais
encore par tant d'autres célèbres Escrivains, a
fervy pour un Dialogue des Dieux-marins entre
ceux de Lucien , & n'a pas efté oublié parPhilo-
ftrate dans Tes planes peintures. Mais quoy qu'An-
dromède suft sille de Cephée Roy d'Ethiopie,
& peut-estre d'une samille de Nègres, si eft-ce que je ne me fuis
point apperceu que tous ceux-là Payent décrite, comme elle eft
icy representée avec un teint de Maure, qui pour eftre le naturel
du païs, n'est pourtant pas si charmant qu'il euft beaucoup servy à
la rendre la plus belle perfonne du monde. Comme la blancheur qui
est si rare en A Afrique, eft beaucoup plus propre que la noirceur à
faire admirer une beauté, il y a grande apparence auffi qu'elle ne ïuy
fut pas déniée, non plus qu'à cette admirable Cariclée qui depuis
Andromède fut la gloire des Princeffes d'Ethiopie, si l'Histoire du
sçavant Heîiodore, où elle eft si célèbre, en doit eftre creuë. Et
de5 fait ny Ovide, ny Nonnus, ny Lucien n'ont point écrit quelle
suft noire, & fe sont contentez dédire que PerféePeuft prifepour
une image de marbre attachée contre Pecueil, fi un doux vent qui
soufloit, n'euft fait voleter fes cheveux , & fi le sils de Jupiter n'euft
veu couler des larmes de fes yeux fur les lys & fur les rofes de fon teint.
jiusft la -pudeur atteftc
Que fans fes fers inhumains ,
Sur son vifage modefle
Elle auroit forte Us mains 3
Et qu'a l'heure on vit les rofes
En ce beau vifage écloses
Prendre la place des lys,
Qui fous cette ajmable honte
Dont l'honneur fait tant de conté
Furent prefqrfenfevelis.
Voila comme en parle un de nos meilleurs Poètes, sélon le senîiment
des Anciens, Je ne fçay donc pas pourquoy P Authcur de ces Pein-
R. r tures
loading ...