Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 395
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0463
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

LE PALLADION. L.
E superbe édifice souslenu de piîastres & de co
lomnes d'ordre Dorique, eft un Temple que
bastit dans cette illustre sorteresse îe Roy llus qui
luy donna son nom. Les places Se les grandes
rues qui font une si belle perfpeclive entre des
bastimens somptueux, n'y sont point oubliées,
& la symetrie y eft par tout observée avec tant;
d'art, que la veuc s'arreste agréablement sur chaque pièce d'un des-
sein si bien entendu. Voyez ces façades, ces obelisques, ces autels,
& sur tout cette ceinture de murailles; pourroit-on douter que des
Divinitez n'y enssent mis îa main ? Ces Pergames surent conftruites
par Neptune & par Apollon , sous le règne de Laomedon ; & les
statuës de ces immortels Architectes qui s'eîevent en cette place de-
vant ces deux grands portiques, avec ces belles sontaines & Paugufte
Palais qu'on entrevoit au travers du Temple de Minerve, marquent
bien la magnisicence de la ville de Priam sils de Laomedon. Ce Prin-
ce le plus opulent & le plus heureux dans sa samille qui fut jamais,
pouvoir conserver la splendeur d'une si belle ville , s'il y eust pu. gar-
der le Palladion deseendu du Ciel. C'eftok uneimaeemiraculeufe
de Palîas saite des os dePeîops, comme celle de Jupiter Olympien
fut faite d'un y voire des Indes: &dautant que l'artifice en eftoit si
rare qu'il fembloit qu'elle remûoit une lance qu'elle tenoit à la main ,
& que fes yeux avoient quelque forte de mouvement; on confulta
l'Oracle d'Apollon pour fçavoir l'opinion qu'il salloit concevoir
d'un present si exquis. L'Oracle fit reponfe que la ville feroit prife
êc faccagée fi l'on en oftoît l'image ; c'eft pourquoy llus & Laomedon
îa gardèrent sort foigneufement ; mais pendant îe règne de Priam,
quand Helenus qui fut prifonnier au fiege d'Arifbe, eut appris aux
Grecs quelle eftoit îa deftinée desTroyens, & qu'ils n'auroient de
grandeur & de puiflànce , qu'autant qu'ils pourroient garder le
Palladion. UîyîTe & Diomede s'eftant coulez sinement danslafor-
tereflè, dont ils tuèrent les gardes^ emportèrent cette image, fatale, Se
Ddd • ren-
loading ...