Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 139
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0175
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

z19
_ — v^>v*>v*,*v*/v4> v>mv*</Wvv^Wr
^* <i\ *«S "*S *V\ ✓"aN «<*N *-*\ '«N ✓*> <*\ **s,S"*^
PYGMALION. XVIII.
E n?est point icy cette Venus de Gnide, l'admi-
ration de plusieurs siecîes, qui sut l'ouvrage in-
dustrieux de Praxitèle : elle seroit saite d'un mar-
bre deParos, & feroit paroistre encore sur ses
cunTes quelque tache qu'elle receut d'un accident
bien extraordinaire qui luy arriva par un jeune
homme qui en devint amoureux. Ce n'eft point
sussi la Venus Eîephantine de Philostrate, qui eftoit representée dans
un bocage de myrthe, avec le petit Cupidon assis à ses pieds, &qui
touchant la corde de son arc, maintenoit qu'elle avoit autant de tons
de musique que la lyre d'Apollon. Ce n'eft que la ftatuë d'une belle
personne qui n'a du nom que de la main de son Sculpteur ; mais qui
est si parfaite, & mesme si fort au defTus de l'idée qu'il en avoit con-
ceuë luy-mesme, qu'il nes'est pû empescher de l'adorer, de luy
rendre ses respeéb, & de luy donner les dernières marques de sa pas-
sion. Jamais Amant ne sut si ravy des beautez de sa maiftresTe, que
Pygmalion est devenu épris des persections de sa ftatuë. Il admire les
soûris qu'il a representez sur sa bouche, il croit que l'y voire de son
sein s'amollit sous ses doigts. Il n'y a point de vestement qui Pempe-
sche de la voir toute entière, si ce n'eft que d'une main eîîe semble se
haster de cacher quelque chose, comme si elle eftoit un peu honteuse,
ou que quelqu'un l'eust surprise sans ypenser: elle tient en sa main
droite une couronne de rose, qui pourroit bien eftre une saveur de
son Amant, qui la sît si belle. Le pied-d'eftaii où elle eft plantée dans
cette balustrade, n'est pas sort élevé, afin qu'on y puiffe attaindre
plus sacilement: & ce grand parterre en broderie, reprensenté der-
rière, embelîy de fontaines & de PafpecT: d'un palais somptueux, eft
un lieu de délices, qui conduit au temple que vous voyez dans l'eloi-
gnement, sur îe bord d'une grande allée de ciprez, où le peuple eft
assemblé pour facrifier à la DeesTc de Chypre. Lebaftiment en rond
soustenu de colomnes d'ordre Jonique, fur quatre degrez qui envi-
ronnent toute la baze , n'empefche point que la DeefTe n'y foit facile-
ment contemplée de toutes parts. Ceîuy qui paroift profterné devant
elle, est fans doute l'amoureux Pygmalion , qui luy demande une
jouïfTance qui passe bien les bornes de la raifon; mais qu'il tient fort
légitime* Cependant Venus qui eft la plus humaine de toutes les
. S DeefTes,
loading ...