Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 339
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0400
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

À M PHI O N, X L 11 I.
M p HI O N sait que les pierres s'émeuvent d'el-
les-mêmes au Ton de sa îyre , en baflissant les mu-
railles de Thebes; il les meine où iî veut parla
douceur de ses airs. O sçavante Lyre à sept cor-
des, qui resonnes avec tant d'harmonie, & dont
les charmes auffi bien que les tons estoient autres-
fois ignorez; mais qui depuis ont eflé connus aux
Temples & aux tables des Grands, say nous des accords qui attirent
à les ouïr les oreilles les plus obilinées. Tu peux attirer les tigres &
les forefts après toy, & arrêter le cours des rivières : il n'y a rien qui
ne cède à la douceur de tes airs, Se les rochers mesmes s'y rendent
obeylTants. Amphion petit-fils de Ny&ée Roy des Bœociens sut éle-
vé du commencement parmy des Bergers, qui le recueillirent avec
fon frère Zcthus, quand parles ordres de Lycus leur oncle, l'un &
l'autre de ces petits jumeaux furent abandonnez aux bettes fau-
vages.pour eslre dévorez, Se que leur mere Antiope qui les avoit
conceus des careiïes de Jupiter déguifé en Satyre, se suft délivrée
d'eux , en parlant fur le mont de Citheron, comme on l'amenoit
par force de Sicyone où elle s'eftoit retirée pour éviter la colère
de son pere. Mais depuis , les Mufes ayant pris foin de son édu-
cation, Se de celle de fon srère à la prière de Jupiter, luy fi-
rent connoiflre la noblefTe de fon extraction , luy enfeignerent
toutes les belles connoi(Tances dont elles font remplies, principale-
ment la mufique, Se la méthode de bien jouer de toute forte d'in®
rumen ts, Se Mercure mefmes luy fit prefent de la lyre qu'il avoit in-
ventée , fi bien qu'eftant devenu grand, Se fon courage égalîant fon
adreffe, il trouva moyen avec fon frère d'afïembler des peuples dans
laBceocie, pour vanger les injures que fa Mere avoit receuës de Dir-
cé femme de Lycus, & de Lycus îuy-mefrrie: Se après avoir chaftié
Dircé, qu'il sit attacher à la [queue d'un Taureau, où elle fut mife
en pièces, il contraignit Lycus de prendre la fuite * Se fe reftablît au
Royaume de fa mere. Depuis Amphion > qui, sélon Paufanias
V v dans
loading ...