Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 211
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0256
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
2ir

-» ; «B* ^«gK iWIS^ isV//X*'X iSKÏSK iW£>Jft/ ïtWiWS K*/\VV \«y \V(/v»/\*/ W'/Xfr-'X*'/VNVAXJs/- \»y \vZ/" -vss^

P R O T H E E. XXVII.

E S PoisTons endormis quele.Peintre a reprefên-
tez en foule sur le bord de la Mer, auprès de ce
haut rocher, sont les Phoques, ou les Veaux-
marins & les Hippopotames, que les Grecs ap-
peîlqient Je troupeau de Neptune, dont ce vieil-
lard nud que vous voyez couché dans cet antre,
est le ridelle Gardien. Les Egyptiens Phono-
roient comme un Dieu, & luy donnoient un sur-nom tiré de ce Pha-
re si fameux, qui fut l'une des sept merveilles du monde. Ils le nom-
mèrent aussi Palenus & Carpathius, parce qu'il prit naisTanee dans la-
ville de Palene en Thesïàlie, & qu'il faisoit son ordinaire sejour sur les
rivages de la mer de Carpathe, proche de l'Egypte. Ce jeune homme
qui s'esforce de le lier dans son antre, s'appelle Aristée, qui pour
trouver moyen de reparer la perte qu'il a saite de ses Abeilles qu'il ay-
moit si chèrement, se sert de cette invention, par le conseil de fa m ère
Cyrene. Il y a, luy dit-elle, un Devin maritime dans le Golphe
de Carpathe, c'esl le bleu Prothée, qui court les vaftes plaines de la
Mer, porté sur le dos des poillons, ou sur un chariot tiré par des ches
vaux à deux pieds, & qui maintenant saisant la reveuëdes ports de
Thesïàlie, va passer à Palene, lieu de sa naissance. Les Nymphes le
révèrent, & mefmes le vieux Nerée luy porte de l'honneur, pour la
rare connoiisance qu'il a de toutes les ebofes qui sont, qui seront, &
qui ont efte. Il tient ce riche present des saveurs de Neptune, dont il
garde les epouventabîes troupeaux, ce les monftres marins qu'il a soin
de nourrir fous les flots. Mon sils, il faut que tu le surprennes, & que
tu l'enchaînes, asin qu'il te découvre les fecrettes caufes de ton af-
sliction , & qu'il en favorife le remède. Car fans le sorcer, tu ne sçau-
ras rien de luy, & jamais tu ne le pourras fléchir par les prières. Quand
tu l'auras pris, ufe de chaînes, & de violence ; ce sont les feuls moyens
pour rendre inutiles tous fes artifices. Moy-mesme au plus sort des
ardeurs du Soleil qui feiche les herbes fur le milieu du jour, lorsque
l'ombre est la plus agréable chofe du monde au bétail, je te conduiray
dans l'antre, où le vieillard fe retire fatigué de la marine, afin que plus
D d faci-
loading ...