Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 347
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0409
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
34?



N I O B E. X L I V.
UEL chastiment horrible delà préemption
d'une femme! Niobe sille de Tantale, élevée à
un il haut degré de bonheur & de gloire , qu'elle
voyoit toutes cboses sous Tes pieds , eut la va-
nité de se faire adorer comme Deesse , &
d'empescher qu'on ne rendist à Latone des
honneurs divins, quoy que Manto fille de Ti-
resias , pleine d'un esprit Prophétique, eust ordonné aux Dames
Thebaines de la part d'Apollon & de Diane, de sacrifier à leur
mère. Elles avoient désia les couronnes de laurier fur la teste, & les
cncensoirs à la main , quand Niobé richement vestuë à la Phry-
gienne, & suivie de ses femmes, vint interrompre la dévote céré-
monie; & avec un visage que la colère alîumoit , sans esfacer
les traits de sa beauté, elleaccusa leur aveuglement, dît que Lato-
ne estoitune inconnue & une fugitive, dont la plus grande qua-
lité estoit d'estre fille de Cée, qui estoit un Géant de peu d'esti-
me, au lieu que pour elle, on ne pouvoit ignorer la grandeur de sa
naiiTance, puis qu'elle estoit fille de Tantale, seul d'entre les hom-
mes qui eusteu l'honneur démanger à la table des Dieux : qu'eitant
sortie de l'une des Pléiades, elle se pouvoit glorifier d'estre petite
fille d'Atlas, qui avoit porté le Ciel, & d'un autre costé petite fille
de Jupiter, & femme de son fils : qu'elle estoit honorée de tous les peu-
ples de Phrygie; qu'elle avoit la souveraine puissance avec son mary
Amphion, dans le vieux palais de Cadmus, & sur toute la ville de
Thebes : qu'elle avoit des richeOes infinies : que son visage avoit enco-
re des appas, & qu'elle a^oitla majefié, la dignité & le courage d'u-
ne Deesle. Qu'au reste, elle se voyoit mere de sept fils, & de sept fil-
les , les plus belles de la Province, & qu'il n'eftoit plus au pouvoir de la
fortune de luy faire tort, n'estant plus sujete aux desastres qui tra-
versent les conditions médiocres. Ces raisons accompagnées de la
violence de la Reyne, empescherent les Dames Thebaines de con-
tinuer leurs cérémonies sacrées: Mais Latone qui se voulut vanger
Xx d'un
loading ...