Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 435
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0508
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

C Y tournent donc inceflamment sur une.rouë
les membres criminels d'Ixion, qui eut l'audace
d'attenter à la pudicité de Junon? Ixion sils de
Phlegias , ayant aflaffiné en trahison son beau-
pere Leontée, erra long-temps de part & d'autre3
sans pouvoir trouver un seu! de tous les hommes
ny des Dieux, qui le vouluft purger d'un fi grand crime : mais enfin
Jupiter fut touché de pitié pour luy, & le retira au Ciel, après
avoir expié sa saute, & le combla de bien-saits. Toutesfois lapro-
fperité ne le rendit pas meilleur, & il n'en devint que plus insolent.
îi perdit le souvenir des grâces qu'il avoit receuës, & s'oublia si fort,
qu'il entreprit mefmes de faire l'amour à Junon, dont la beauté luy
toucha le cœur. Il ne fe contenta pas de luy déclarer fa paffion ; mais
il fe porta à de fi grands excez, qu'il voulut usèrde violence ; dont
la Deeffe sut tellement oftenfée, qu'elle le dît à fon Mary. Sur quoy
J u pi t er v o ul a n t é pr o u v er j u fqu'o ù po u rr oi c m o n ter so n au d a ce, 1 u y
prefenta une nuée fous la forme de Junon, pour condescendre à la
volonté. Ixion connut la nuée, dont il eut un ensant hay des Hom-
mes & des Dieux. Le deteftable pere croyant avoir fait une fort belle
action, s'en vantoit par tout, dont le Roy du monde fe trouvant
doublement indigné, l'accabla d'un coup de soudre, & le précipita
au fond des Enfers, où , à caufe de fon impieté, il le fit attacher
avec des ferpents fur cette roue qui tourne fans ceiTe, Admirez l'agi-
lité de cette Furie enragée qui luy donne le mouvement. Ces deux
autres pelles qui fe montrent à my-corps du fond d'un antre affreux,
luy prévient la main tour à tour: la vipère qui fert de ceinture à ce
miferable, luy mord les flancs, & des afpics volants enfoncent leurs
dents venimeufes au bout de fes pieds. Cependant un feu ôbfcur qui
l'environne , luy roflit les coftes : & son corps en tournant, fe pres-
fe continuellement contre les cailloux d'une voûte fort baffe. Au
refte, pour l'afssiger davantage, prenez garde à la caufe de fon fup-
plice repreienté en bas relies fur les deux piliers où s'ammanche
î'aixieu de la roue. Icy on le peut voir assis à la table des Dieux : Là,
lîi ca-
loading ...