Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 115
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0148
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
II s


LA LUNE ET END Y MI ON. XV.


A Lune qui s'est arreftée au milieu de sa course,
csi: descenduë de Ton char en la comoaenie de ce
petit Amour qui la tient parla main , pour con-
templer à Ton aise ce beau Chasieur endormi. On
Papeîîe Endymion , & le mont où il rcpose,
est le Latmus de Carie, que le Peintre a voulu
saire connoistre par le tombeau magnisique qui
sê voit dans la plaine , construit en pyramide par les soins d'Arte-
mise pour ensermer les cendres de Mausoîe. Sans mentir , c'eftune
grande hardiesse au sils de Venus de s'attaquer à la plus fiere de tou-
tes les Deesses ; & il saut bien dire que ion Empire est sort absoîu,
puis que la Rcyn e de ïa nuiâ avec tous Tes traits n'y sçauroit resifter :
mais le petit infoîent n'épargne pas mesmes sa mere, qu'il a contrainte
allez souvent de descendre fur le mont ïda pour y careffer Anchisè,
ou sur le Liban, en saveur d'Adonis» Elle s'en eft bien plainte, Se
Pa menacé cent sois de briler son arc & son carquois, & de luy cou-
per les ailes : mais elle a sleure elle mesme qu'iî ne s'en sait que rire, Si
qu'il devient le plus libertin du monde. Cependant prenez garde à ce
Chaffeur, Se à la Deesfe qui eft éprise de sa beauté. Il semble qu'elle
ne fe puisfe lasfer de le regarder dans la pofture où il s'eft endormy,
appuyé d'une main sur le coude, Se de l'autre bissant négligemment
tomber fes traits, ayant eu foin auparavant d'eftendre son manteau
sur l'herbe menue. Elle ne fait point de bruit en defcendantfur ce
nuage, où elle eft affife^ de peur de l'éveiller, & s'approchant de luy*
pour fentir îe doux parfum de fon haleine, elle goufte des délices qui
ne fe peuvent exprimer. Qu'on devine les imaginations qui luy vien-
nent en l'efprit, & que les Poètes délicats nous apprennent de la fa-
çon qu'elle en (c'eut ufen Theôcrite fera de ce nombre avec Ovide
dans son arr d'Aymer, Se Properce dans le peu de Vers qu'il en a
écrit : mais d'autres plus serieux nous seront connoiftre que par le san-
ge d'Endymion 3 il faut entendre les méditations d'un bel efprit tou-
P chant
loading ...