Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 459
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0535
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
AS9



*.« «* ^ ÎSS? ISS? '..S- ?§s 4i? ^ ^ W W W W ^? ^ V,? %p ^ 3»? W <fê W VF
LE PALAIS DU SOMMEIL. LVIII.
E Palais imaginaire où les Songes habitent sous
l'empire du Sommeil, eft designé surîemodel-
le de celuy qui est aux Ensers, ou du moins pro-
? che du goussre des Enfers, auprès deTenare dans
la province de Laconie, ou vers l'antre deCu-
mcs; par lequel l'ombre d'Anchise fit remonter
icy hautîaSibyîe, & le Prince Enée. Il y a deux
portes d'une stru&ure magnifique, & de matière dissérente, sélon
les usages disférents, à quoy les.Dieux les ont deftinées. L'une eft de
corne pour donner une sortie sacile aux véritables visions»: & l'autre
construite d'un os d'Elephan , éclatte d'une sort grande blancheur;
mais par elle sont envoyez des Ensers les Songes saux vers ie Ciel. Les
animaux representez sur le sronton de leurs grandes corniches, mar-
quent bien cette différence. Aureste, sur l'une on ne voit que des
miseres véritables, &des santosmes lugubres : & de l'autresortent en
soule des imaginations grotesques, qui s'expriment par des sigures
embrouillées de chosesqui ne surent jamais, au dessus desquelleson
voit des cha sléaux dans les nues, pour en marquer la sausseté. La
statuë de Diane ou de la Lune, s'élève sur la place-sorme du sommet,
.au dessus de la porte d'y voire, dans cette grande baluftrade qui règne
tout au tour, parce que cette Deefse se montre d'ordinaire, pendant
les heures qui sont les plus favorables au Sommeil. De l'autre çofte,
cette statuë qui a des ailes, represente la Nuit amie du repos, avec sa
robe semée d'Esîoiîes. Elle a deu^ enfans endormis dont elle eft nour-
rice, l'un appelle le Sommeil, qu'elle tient de fon bras droit, & l'au-
tre la Mort, appuyé fur fon bras gauche, rous deux ayant les pieds
tortus: mais l'enfant du bras gauche d'un teint beaucoup plus noir
que celuy qui dort fur le bras droit. Le grand dôme du milieu, au
tour duquel règne une frife ornée de feftons de fruits qui s'attachent
fur les ailes, ou far le cou de divers animaux nocturnes, nesèrt pas
tant à la décoration de ce fomptueux édifice, qu'à loger fous une su-
perbe voûte les Songes des Princes & des grands Roys : & fans dire le
nom delà ftatuë qui remplit cette niche du milieu, dont la corniche
fouûient deux figures affbupiesfous les ailes d'une chauve-fouris, il
M m m eft
loading ...