Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 299
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0355
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
299

.çV, ipls. J'î- i^, «j, «fe ite, «5, .çv, Ms, jsto, 4*5, .Sfe, ^te JM. Afc Afc Ajî. ssfc ««. rfs. 1,Vj ^fe. «e.
«a

A R I O N, X X X V 11 s.

ET Arion n'a garde d'ertre si bien vertu qu'il se
voit dépeint dans la Cliod'Hérodote, puiscju'il
ne l'est point du tout ; car l'escharpe qui luy pend
de l'épaule droite, & qui voltige derrière luy,
est sort peu dechose. Je croy que l'Autheurde
ces Tableaux n'y a pas bien pris garde, ou que
pour satisfaire à quelqu'autre dessein , il ne s'eil
pas soucié de la vérité de PHistoire que le personnage Grec que je
viens de nommer , Pline & Aulugelle, décrivent à peu près en cette
sorte. Periandre sils de Cypselle estant Roy de Corinthe, ilsepaiïa
sous Ton Règne unechose bien mémorable, les Corinthiens le main-
tiennent , disent-iîs , & les Lesbiens le confirment. Arion de la
ville de Methymne le premier Musicien de Ton temps, & le premier
aussi qui inventa le Dy thyrambe, qui luy donna le nom , & qui l'ap-
prit aux Corinthiens, fut porté sur le dos d'un Dauphinjusques à
Tenare Promontoire deLaconie: Etvoicy à peu près comme on en
fait le conte. Arion ayant donc parte quelque temps chez le Roy Pe-
riandre , voulut aller en Italie & en Sicile. Son voyage ne luy fut pas
inutile; parce qu'il y gagna de grandes richesses: Et comme il eut
dessein de retourner à Corinthe, voyant un Vaisseau de Corinthiens
prest à sortir du port de Tarente pour faire voile enleurpaïs, il
s'embarqua de compagnie avec eux, croyant qu'il y seroit en grande
seureté; mais quand ils furent en haute Mer, ils le resolurent de le
jetter en Peau pour avoir son argent. Dés qu'il eut appris leur inten-
tion , il leur offrit luy-mesme ce qu'ils desiroient, & demanda seu-
lement qu'on luy sauvast la vie ; mais il ne pût rien gagner sur l'esprit
de ces barbares, qui luy commandèrent de se tuer luy-mesme, s'il
vouloit avoir en terre l'honneur de la sepuîture, ou de se jetter dans la
Mer. Arion se voyant réduit à cette extrémité, les pria de luy per-
mettre auparavant de se vertir de ses plus beaux ornemens, & de
chanter sur le tiliac les vers de ses obseques. Or comme il leur prit en-
vie d'omr chanter le meilleur Musicien du monde, ils se retirèrent de
laPouppeaumilieuduVairteau, afin de le mieux oùir. Arion se para
donc de ses plus beaux, habits 3 & ayant pris sa harpe, il toucha les cor-
Pp des
loading ...