Marolles, Michel de
Tableaux Du Temple Des Muses: Tirez Du Cabinet De Feu Mr. Favereau ... & gravez en Tailles-douces par les meilleurs Maistres de son temps ... — Amsterdam, 1676 [Cicognara, 4722]

Page: 411
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/marolles1676/0481
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
41*
4 4 ê ê ê ê ê si



ùfcàfc uç>_u?: u? : utmïXsirupussm : a?2 au ai: \jn U72ar.ur.ar: aT: s t«j A
' ^sssssssssîstffftffl'fsstsfsl"
O R P H F ||| LU.
RPHE'Ë avoit importuné mille sois lesCieux
[| de Tes plaintes, quand il perdit fa chère Eurydice ,
' parla piqueure d'un ferpent, comme elle suyoit
les pourfuites d'Aristée jeune Prince d'Arcadie,
qui en eftoit devenu amoureux 5 & n'y avoit rien
gagné. Mais s'eftant refolu de descendre aux En-
sers , par cet horrible précipice qui eft en Laconie, à costé du mont
Tenare , pour effayer de reconquérir ce qu'il avoit perdu, il s'y
rendit au travers d'une affreuse obscurité. Il y vid Pepouventable
Roy des morts, accompagné des dures puiffances qui ne se kiflènt
point fléchir aux prières des mortels. Lesefpritsôc les fantosmes des
corps privez de la lumière, s'émeurent dans leurs ficgesprofonds,
à la douceur de fes chants. Les abyfmes duTartare où la mort ha-
bite, en furent faifis d'eftonnement : les ombres s'en émerveillè-
rent , & les ames vulgaires fe prcfferent des épaules pour l'écouter,
dont il ne fe faut pourtant pas eftonner-, puis que la belle à cent
telles, ravie par la douceur de ses airs, abbaifia bien fes oreilles
fombres pour l'ouïr, & que les ferpents tortillez dans les cheveux
des Eumenides s'y rendirent attentifs. Onadjoufte mefme que Pro-
methée, & que le pere de Pelops trouvèrent quelque relafche à leurs
peines, par la mélodie de fes fons, que Cerbère en retint fes trois
gueules, voulant abbayer , qu'Ixion & Titye en pousfèrent quel-
ques fouris, que les Danaïdes charmées d'une si grande douceur,
s'oublièrent de mettre l'eau dans leurs cruches, & qu'Orion pour y
avoir prefté l'oreille, n'eut plus de foucy de chaffer dans les Enfers,
aux lyons & aux onces peureux. Enfin il eftoit échappé de tous les
périls de là bas : & Euridice queluy fut renduë , revenoit pour re-
fpirer l'air d'icy haut, le fuivant pas à pas (car Proserpine ne luy en
* avoit donné le congé qu'à cette condition) quand tout à coup in-
difcretement faifi de la folle pafïion (pardonnable à la vérité, fi l'En-
fer fçavoit pardonner) il s'arrefta fans fe fouvenirdecequ'il devoit
observer : 6c vaincu d'impatience, helasi aux premiers atomes de
lueur qui parurent, il perdit Eurydice, en fe retournant pour la
Fff re-
loading ...