L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 65
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0093
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES ÉLÈVES DE FRA FILIPPO LIPPI. 6f

Après 1492, il n'est plus fait mention de Don Diamante, qui mourut probablement peu de
temps plus tard.

J'arrive enfin à l'autre élève de Fra Filippo, c'est-à-dire à Jacopo del Sellajo, né à Florence
en 1442. Son père, Arcangelo, était fils de Jacopo, sellier1. En 1480 Jacopo del Sellajo travaillait
avec Filippo di Giuliano dans un atelier situé sur la place de San Miniato, entre les tours. 11 mourut
le 12 novembre 1493, laissant un fils nommé Arcangelo qu'il avait eu en 1478 de Francesca sa
femme. Ce fils fut peintre lui aussi et mourut le icr mars 1531.

Des deux tableaux composés, dit Vasari, par Jacopo del Sellajo pour l'église du monastère de
San Frediano, l'un qui représente une Pietà, s'y trouvait encore au temps de Richa, qui l'attribue
à Domemco del Ghirlandajo. Après la suppression, bientôt, suivie de la destruction du monastère,
le tableau fut vendu, et on le voit aujourd'hui au musée de Berlin sous la même désignation
(n° 538 du catalogue). Cavalcaselle qui le croit plutôt de la main de Filippino en donne la description
suivante : « Le corps du Rédempteur repose sur les genoux de la Vierge assise; à sa gauche on
voit saint Jean-Baptiste et saint Jean l'Évangéliste, tandis que sainte Marie-Madeleine, qui a près
d'elle saint Jacques, baise les pieds du divin Maître. »

Ce tableau, qu'on a maintenant plus de raisons de restituer à son véritable auteur, Jacopo del
Sellajo, lui fut commandé en 1483 pour les frères de la Compagnie de San Frediano, appelée la
Bruciata, pour l'autel de la chapelle qu'ils avaient dans l'église de ce monastère. Un débat s'étant
élevé relativement au prix entre la Compagnie et Arcangelo, fils du peintre, les partis acceptèrent
l'arbitrage de Ridolfo de Ghirlandajo et de Giuliano Bugiardini, peintres, qui le 24 mars ; > 17,
estimèrent le tableau cent soixante-dix livres 2.

Les mômes religieux reconstruisirent l'autel en if20 et ornèrent leur chapelle, en y faisant
exécuter, en faïence émaillée, par Andréa délia Robbia et Luca son fils, quelques bordures avec
des chérubins sur la corniche et sur l'arc de celle-ci une scène de la Résurrection. C'est alors
qu'ils chargèrent Arcangelo de retoucher le tableau en plusieurs points, et d'y mettre un cadre
sculpté et doré; ils affectèrent à cette retouche et à ce travail d'ornementation une somme de
soixante-dix livres3.

L'autre tableau peint par Jacopo del Sellajo est, je crois, celui qui se trouve actuellement
dans la sacristie de Castello et qui était autrefois sur le maître-autel de l'église de San Frediano.
Il représente le Christ en croix entouré de la Vierge Marie, saint Jean, saint Frediano, et saint
Sébastien. Dans le bas est le martyre de saint Laurent, mais ce travail semble être d'une autre
main.

Gaetano Milanesi,

Archiviste de la ville de Florence.

1. En italien sellajo. La profession du grand-père explique le nom ou plutôt le surnom du petit-fils.

2. Leur estimation se lit dans les actes de Maître Giov. Battista, fils d'Antonio, de Terra Nuova, page 15 ) du Protocole de 1515 à 1517.
j. Peut-être ce tableau fut-il plutôt refait que retouché par Arcangelo; ce qui explique comment on l'a attribué à Ghirlandajo et à

Filippino.

Tome XII.

9
loading ...