L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 299
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0342
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Retable de l'Église de Westminster (Côté
Dessin d'Eugène VipHet-le-DuC '«

sud du Chœur)

EUGÈNE-EMMANUEL VIOLLET-LE-DUC

(FIN)

insi que nous l'avons expliqué dans notre premier article, —
et par ses principes généraux sur l'art, et par les applications
particulières de ces principes à l'étude de l'architecture des
différents pays et des différents âges, Viollet-le-Duc a fini par
se trouver en opposition sur tous les points avec les doctrines
officielles, représentées par l'Académie des beaux-arts.

11 avait, du reste, été engagé de bonne heure dans cette
voie. Quand, à l'âge de dix-sept ans, il commençait l'étude de
l'architecture, il n'existait pas, comme il le dit lui-même, d'ou-
vrages qui pussent lui montrer la voie à suivre. « Il nous
souvient qu'alors, dit-il, un grand nombre de maîtres en archi-
Lèttre composée par ch. ligneux. tecture n'admettaient qu'avec des réserves l'existence de ces

monuments qui couvrent le sol de l'Europe et de la France
particulièrement. A peine permettait-on l'étude de quelques édifices de la renaissance française
et italienne ; quant à ceux qui avaient été construits depuis le Bas-Empire jusqu'au xvu siècle, on
n'en parlait guère, que pour les citer comme des produits de l'ignorance et de la barbarie. Si
nous nous sentions pris d'une sorte d'admiration mystérieuse pour nos églises et nos forteresses
françaises du moyen âge, nous n'osions avouer un penchant qui nous semblait une sorte de dé-
pravation du goût, d'inclination peu avouable. Et cependant, par instinct, nous étions attiré
vers ces grands monuments dont les trésors nous paraissaient réservés pour ceux qui voudraient
se vouer à leur recherche 3. »

On comprend que nous ne puissions pas avoir ici la prétention d'entrer dans le détail de la
multitude d'idées et de points de vue nouveaux, dont il a rempli les volumineux ouvrages qu'il a
consacrés à l'histoire et à l'appréciation de notre architecture. Il faudrait, rien que pour en présenter
un résumé sec et incomplet, une place infiniment plus considérable que celle dont nous disposons.
Songez qu'il a écrit sur ces questions un Dictionnaire raisonné de l'architecture française du xie au
xvic siècle,, qui se compose de dix volumes grand in-8°; des Entretiens sur l'architecture, en deux
volumes d'un format encore plus grand. A cela, il faut ajouter, dans la bibliothèque Hetzel, YHis-
toire de l'habitation humaine, l'Histoire d'une maison, Y Histoire d'une forteresse, chacune en un

i- Toutes les gravures qui illustrent cet article sont tirées du Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque, carlovingienm à la
Renaissance, par Eug. Viollet-le-Duc (Paris, Ve A. Morel et C", ij, rue Bonaparte).
2. Voir IMrr, 4° année, tome Ier, page 281.

5. Préface du Dictionnaire raisonné de l'architecture française, du XI" au XVI' siècle.
loading ...