L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 225
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0260
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
TROIS CERCLES

PARIS ET LONDRES

Je doute fort que Sterne, s'il avait à
se prononcer, s'écriât cette fois : They
order this tnatter better in France. Le
Cercle de l'Union artistique de la Place
Vendôme et le Cercle artistique et littéraire
de la rue Saint-Arnaud n'ajouteront rien
à leur réputation par leurs expositions de
peinture et de sculpture de cette année, et
il [n'y a qu'à souhaiter que le prochain
Salon leur ressemble le moins possible.
Force déceptions, force ivraie, trop de
simples cartes de visite dédaigneuses en-
voyées au lieu d'œuvres de sérieuse valeur,
voilà [des deux côtés la note dominante,
je suis obligé de l'avouer, moi qui ne sais
point me résigner à sacrifier à la camara-
derie. Signaler les artistes qui maintiennent
un honorable statu quo, serait répéter ce
qui a été dit et redit à leur sujet dans
cette revue ; s'acharner contre des défail-
lances qui prendront peut-être leur revan-
che au Salon, n'est point dans mes goûts,
et je ne vois pas trop non plus quel espoir
je pourrais avoir d'empêcher M. Carolus
Duran de mourir dans l'impénitence finale,
même en lui expliquant qu'il n'est pas
permis de peindre avec une pareille vulgarité un modèle aussi distingué que M. Paul Leroy-
Beaulieu, le savant économiste du Journal des Débats. 11 y a là surtout deux bleus, celui de la
chaise et celui de la draperie, qui sont inénarrables; c'est le dernier mot du commun. J'aime
mieux vous indiquer les vrais triomphateurs qui s'appellent — à l'Union — Philippe Rousseau —
Un Fromage, un Brie idéal, et la Pêche au pin, mes préférences sont pour le Brie, question
de gourmet, — et •— au Cercle artistique, — M. Jules Bastien-Lepage qui se désencabanellise de
plus en plus ; Dieu veuille que la métamorphose soit durable ! Son Portrait de M'"" V. K. est bien
posé; c'est une œuvre saine, d'un beau modelé et d'une heureuse variété de tons, les antipodes
du maître comme on voit.

Il y aurait injustice à passer sous silence, place Vendôme, le Saint Jérôme de Léon Gérome,
un portrait de jeune fille, inachevé mais piquant, par M. Édouard Dubufe, le modèle en cire du
buste de cet artiste par M. Franceschi, les marbres de M. Prosper d'Épinay et surtout le très-
important et très-original morceau de sculpture décorative de M. Gustave Doré. Doré qui a jus-
qu'ici semé en prodigue par trop insouciant tant de dons précieux, me semble avoir trouvé sa
véritable voie, une voie où, s'il y a beaucoup d'appelés, il y a infiniment peu d'élus. Il possède à

Tome XII. 29

1
loading ...