L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 131
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0165
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
SILHOUETTES D'ARTISTES CONTEMPORAINS1

v

LÉON BELLY

Voici un peintre dont le talent, justement apprécié
de ses confrères, n'a pas toute la réputation qu'il mérite.
D'autres noms sont infiniment plus populaires qui, si
l'on fait le compte exact des qualités de chacun, ne
semblaient pas appelés à plus de retentissement que le
sien. D'autres orientalistes qui n'ont pas donné de l'Orient,
de ses sites et de ses types, une représentation plus
fidèle, ont savouré, vivants, tous les délices et tous les
profits de la vogue. Léon Belly a passé sa vie et s'est
éteint jeune encore dans une sorte de pénombre, estimé
comme homme et comme artiste, classé à un rang hono-
rable, mais inférieur à celui que lui assignait son œuvre,
bien noté assurément, mais plus goûté que couru. Il ne
lui a manqué peut-être que d'être un peu tambouriné,
qu'on nous passe le mot. Mais le tambourinage qui pour-
tant est assez complaisant de nos jours, et qui sans doute
n'eût fait aucune difficulté de se manifester en sa faveur,
pour peu qu'il en eût témoigné le désir, ne souriait guère
à sa nature également sincère dans sa distinction et dans
sa modestie ; le tambourinage, puisque tambourinage il
y a, ne se conciliait pas avec le caractère de son talent
fait de science et de conscience, avec le caractère de son
esprit, aussi dédaigneux de l'éclat dans la vie que son
œuvre nous l'en montre épris dans son art.

Une notice sur Auber, lue à l'Académie des beaux-
arts par M. Victor Massé quelque temps avant l'éloge solennel de M. le vicomte Henri Dela-
borde, cite ce mot d'un étranger expliquant l'empressement des célébrités internationales à se
faire consacrer par les bravos parisiens : « La France est une bonne trompette. » Et Victor Hugo
exprimait un jour la même pensée, mais sous une forme autrement élégante et spirituelle. « Paris,
disait le poëte, est le point sonore de l'univers. » Seulement la trompette a ses caprices et ses
silences. S'il lui arrive parfois de pousser avec plus d'énergie que de raison ses taratantara
cuivrés, il lui arrive aussi de compter plus de pauses qu'il ne conviendrait à l'équitable répartition
de ses sonorités. Et puis il est un art de faire vibrer le point sonore de l'univers, un art qui
s'est singulièrement développé et perfectionné depuis quelques années, et dont Léon Belly paraît
ne pas avoir un seul instant soupçonné l'importance, un art dont la théorie et la pratique peuvent
se résumer en deux mots : admiration mutuelle et auto-réclame. Le précepte socratique « Connais-
toi toi-même » était jadis le commencement de la sagesse. Admire-toi toi-même est aujourd'hui la
condition première de l'admiration d'autrui. Si tu veux que nous pleurions, disait à l'écrivain la
critique latine, il faut d'abord que tu pleures. Si tu veux que nous t'aimions, dit à l'artiste la

Voir l'Art, a« année, tome III, page 281 ; f année, tome I", page 108, tome II, page 114; et 4e année, tome I", page 10.
loading ...