L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 92
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0123
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
JACQUES CALLOT

TROIS CENT QUARANTE- TROIS DESSINS DE JACQUES CALLOT,
DE LA COLLECTION DE LA GALERIE DES OFFICES DE FLORENCE ET DE COLLECTIONS PARTICULIERES,
DECRITS ET MESURES AVEC NOTICE ET ÉCLAIRCISSEMENTS.

(suite '.)

COMPOSITIONS A LA SANGUINE (fin)

N" 210. — Deux hommes, très-petites figures, qui courent dans un sens
opposé. Celui vu de dos tient son bonnet à la main en élevant le bras. Celui vu
de face, coiffe d'un bonnet rond, plat, appelé à la Crispin, lève une jambe et
porte les bras en avant.

Dessin à la sanguine, ombré. Hauteur, om,o>6; largeur, o,n,074- Fait partie
de l'ancien fonds Médicis de la collection des dessins du musée des Offices.
N° 98 du classement actuel. A été photographié dans le recueil des Callot publié
par M. Carlo Pini.

N° 211. —• Un ouvrier à l'échelle, enfonçant un clou dans un mur; vu de
dos et de profil pour le visage. 11 tient à la main droite le marteau avec lequel il
frappe. Il est coiffé d'un chapeau et a devant lui un tablier.

Croquis à la sanguine, à peine ombré, et dont le coup de crayon est épais.
Hauteur, om,o6o; largeur, om,o57. Fait partie de l'ancien fonds Médicis de la
collection des dessins du musée des Offices. N" 126 du classement actuel. A été
photographié dans le recueil des Callot publié par M. Carlo Pini.

N» 2 12. — La courte échelle. Un homme qui en hisse un autre pour
atteindre à une fenêtre. Celui qui grimpe est vu de profil. Il a un chapeau à
larges bords avec une plume. Celui qui aide son compagnon à l'escalade est
aussi vu de profil, le corps plié en zigzag. Il est coiffé d'un chapeau à larges
bords. Une casaque et des hauts-de-chausses bouffants lui servent de vêtements.
Il porte une épée et un bâton passé horizontalement derrière le dos.

Croquis en simple contour, à la sanguine, sans être ombré. Trait de crayon
un peu épais. Hauteur, om,o68 ; largeur, 0'",O44. Fait partie de l'ancien fonds
Médicis de la collection des dessins du musée des Offices. N" 128 du classement
actuel. Il a été photographié dans le recueil des Callot publié par M. Carlo
Pini.

N" 213. — Un manant, vu de dos, tire avec effort des cordes auxquelles est
attaché un fardeau qu'on n'aperçoit point. II est coiffe d'un de ces bonnets plats
et ronds qu'on appelle bonnets à la Crispin. Il est vêtu d'une espèce de veste
serrée à la taille, qui ressemble aux blouses modernes. Ses hauts-de-chausses
sont étroits. C'est la première ébauche d'un sujet que Callot a refaite avec plus
de soin dans une pièce dont la description va venir plus loin, après que nous
aurons parlé du fardeau que traîne le paysan. Callot a introduit la présente
ligure dans sa Foire de l'Impruneta.

Croquis à la sanguine, dont les traits sont exécutés avec un gros crayon
mal taillé, mais qui n'exclut en rien la justesse de l'attitude. Hauteur, om,o65;
largeur, om,o75. Il fait partie de l'ancien fonds Médicis de la collection des
dessins du musée des Offices. N° 110 du classement actuel. A été photographié
dans le recueil des Callot publié par M. Carlo Pini.

Ce dessin a été introduit par Callot dans la Foire de l'Impruneta.

N° 214. — Un petit charriot dans lequel se trouve un enfant, traîné par un
homme que l'on distingue à peine. Ce dessin est le complément de la pièce que
nous venons de décrire, et ce qui le prouve, c'est qu'il a été tracé sur le revers
du papier, où est représenté le manant traînant avec des cordes un objet invi-
sible.

Ce deuxième croquis n'est qu'un simple contour à la sanguine. Etant
exécuté au dos de la feuille précédemment citée, le papier a naturellement les
mêmes dimensions que son recto, c'est-à-dire : hauteur, om,o6s; largeur, om,075.
Fait partie de l'ancien fonds Médicis de la collection des dessins du musée des
Ollices. N° 110, verso, du classement actuel. N'a pas été photographié.

N" 2 1,. — Un manant, vu de dos, tire avec effort deux cordes auxquelles est
attaché un fardeau que l'on n'aperçoit pas (et ce fardeau nous venons d'expliquer
que c'est un charriot d'enfant). Ce dessin est la répétition de la ligure que nous
avons déjà décrite, mais beaucoup plus correctement exécutée. La première est
le jet de la pensée, la seconde en est l'épure. Le rapprochement de ces dessins
nous paraît très-instructif, en ce qu'il nous révèle la manière de procéder de
Callot, qui recommençait à plusieurs fois une ébauche sans perdre patience, d'où
nous induisons qu'il travaillait ses ouvrages bien plus qu'on ne le suppose, et
malgré qu'on soit porté à lui attribuer une grande facilité, une grande sponta-
néité d'esprit, on voit cependant que la réflexion y avait sa part. Du premier
dessin au second il n'existe dans le détail qu'une seule différence, elle consiste en
ce que la veste du manant est plus courte et n'est pas serrée à la taille par une
ceinture.

Ce dessin, à peine ombré, est exécuté à la sanguine avec un trait de crayon
plus léger que dans l'autre pièce. Hauteur, o»',o7o; largeur, om,04;. Il a fait
partie de l'ancien fonds Médicis de la collection des dessins du musée des
Office*, N" 11S du classement actuel. Il a été photographié dans le recueil des
Callot publié par M. Carlo Pini.

FINS DESSINS A LA SANGUINE

N" 216. — Cavalier, vu de dos, que je crois à cheval, quoiqu'on n'aper-
çoive pas sa monture. Il nous semble que la selle et son pommeau y sont indi-
qués et que la pose du pied fait présumer qu'il doit y avoir un étrier. L'incli-
naison elle-même du corps annonce une course au trot. Ce personnage est
coiffé d'un chapeau à plumes à bords étroits. Il porte un grand collet de
chemise. Il est vêtu d'un pourpoint court serré à la ceinture, et de hauts-de-
chausses bouffants noués au genou.

Dessin à la sanguine, en simple contour accentuant les ombres, sur un papier
entièrement irrégulier dans sa forme. Ce dessin mesure par son travers om,oj9.
Il est d'une grande finesse. Fait partie de l'ancien fonds Médicis de la collection
des dessins du musée des Offices. N° 120 du classement actuel. Il a été photo-
graphié dans le recueil des Callot publié par M. Carlo Pini.

N° 2-7. — Gentilhomme assis sur un tertre, vu de dos. Il étend horizontale-
ment le bras droit. Il est coiffé d'un chapeau de forme haute à bords étroits,
orné sur le côté d'un bouquet de plumes. Son cou est garni d'un collet plat de
chemise faisant la roue. Il est vêtu d'un pourpoint à basques et à taille, mais
sans ceinture, avec les manches pendantes. Ses hauts-de-chausses, noués au
genou, ne sont ni larges ni serrés.

Dessin à la sanguine, ombré, terminé, mais d'un crayon un peu gros. Hau-
teur. om,o6o; largeur, om,047. Fait partie de l'ancien fonds Médicis de la collec-
tion des dessins du musée des Offices. N° 95 du classement actuel. A été photo-
graphié dans le recueil des Callot publié par M. Carlo Pini.

N° 218. — Gentilhomme, vu de profil. Il étend le bras droit horizontalement
et tient la main gauche près de la garde de son épée. Il est coiffé d'un chapeau
à larges bords orné d'une aigrette. Grand collet plat de chemise. Elégant pour-
point à basques courtes et à manches pendantes. Hauts-de-chausses bouffants
noués au genou par des flots de rubans. Au côté, épée horizontale en verrouil.
poignard à la ceinture. Dessin à la sanguine, plein de finesse, ombré. Hau-
teur, o"',o69; largeur, o'»,o>6. Fait partie de l'ancien fonds Médicis de la collec-
tion des dessins du musée des Offices. N« 97 du classement actuel. A été photo-
graphié dans le recueil des Callot publié par M. Carlo Pini.

N" 219. — Un gentilhomme, vu de profil, le poing droit sur la hanche,
étend horizontalement l'autre bras, comme s'il faisait un geste. Il est coiffé d'un
chapeau de forme et de bords de moyenne grandeur orné de plumes. Sou man-
teau, jeté sur l'épaule et le bras gauche, laisse apercevoir son collet plat de che-
mise, son pourpoint court, et ses hauts-de-chausses bouffants noués au genou
par des rubans. Derrière ce gentilhomme se tient une espèce de valet qui semble
compter son argent. Il est vu de face, coiffé d'un chapeau comme celui de son
maître, hormis les plumes. Pourpoint et hauts-de-chausses semblables, moins le
manteau qu'il ne porte pas.

Dessin à la sanguine, ombré, d'un crayon un peu épais. Les jambes du
valet sont à peine esquissées. Sur un papier de forme à peu près ronde. Hau-
teur, o"',o8o; largeur, o-",o-jo. C'est une variante de l'autre dessin décrit
ci-dessus. Fait partie de l'ancien fonds Médicis de la collection des dessins du
musée des Offices. N° 114 du classement actuel. A été photographié dans le
recueil des Callot publié par M. Carlo Pini.

N" 220. — Contadine, vue de trois quarts, assise sur une chaise qu'on
n'aperçoit point, tient les mains réunies sur son giron, dans l'attitude de la
tranquillité. Elle est coiffée d'un chapeau de haute forme à bords étroits. Elle a
la poitrine entièrement couverte par une espèce de mouchoir.

Dessin à la sanguine, ombré, assez terminé, sur un papier arrondi dans ses
angles. Hauteur, om,o79; largeur, o™,o66. Fait partie de (ancien fonds Médicis
de la collection des dessins du musée des Offices. N° 106 du classement actuel.
A été photographié dans le recueil des Callot publié par M. Carlo Pini.

N" 22t. — Trois militaires, vus de profil, en perspective sur trois plans
différents, le chapeau à plumes à larges bords, la casaque, les hauts-de-chausses
amples noués au genou, l'épée au côté en verrouil, ils font l'exercice le mous-
quet sur l'épaule. Le premier en avant tient la fourchette pour appuyer le
mousquet à mèche. Les deux autr.;s sont dans une attitude semblable. Mais
celui sur le premier plan est ombré à la sanguine, ceux du second et du troi-
sième plan ne consistent qu'en un simple contour au crayon noir, pâle et a
peine visible. .

Hauteur, 0"',075 ; largeur, o'",H7. Fait partie de l'ancien fonds Médicis de
la collection des dessins du musée des Offices. N° ')) du classement actuel.
A été photographié dans le recueil des Callot publié par M. Carlo Pini.

N" 222.— Une femme, vue de face, enveloppée dans sa mante, se livre au
sommeil, la tête appuyée sur une manne renversée. Ce dessin, exécuté au revers
de la feuille où sont représentés les trois militaires en perspective faisant l'exer-

1. Voir l'An, 2- année, tome IV, pages 286 et 309 ; J" année, tome I", pages 39, 138 et lÉIJ tome II, pages 92 et 305; tome III, page 119; tome IV, pages 117 et 307; et
4e année, tome I", page 66.
loading ...