L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 217
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0252
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Frise tirée de l'«Orthographia» de Joh. Daniel Preisler.

L'OEUVRE DE RUBENS

A L'ERMITAGE IMPÉRIAL DE SAINT-PÉTERSBOURG

ne des œuvres les plus exquises de Rubens, son
premier tableau inscrit au catalogue du musée
impérial de l'Ermitage, Abraham renvoyant Agar,
rappelle immédiatement à notre souvenir cet
autre joyau, la Fuite de Loth, qui, par une
coïncidence assez remarquable, ouvre la série
des Rubens au livret du musée du Louvre. Je
crois bien qu'en rédigeant le catalogue de
l'Ermitage, on a quelque peu prémédité ce rap-
prochement entre les deux panneaux, qui sem-
blent avoir été conçus et exécutés pour se faire
« pendant ». Les aventures des deux cousins
bibliques se suivent d'habitude, dans l'œuvre des
peintres, comme le font aussi les Suzanne et les
Bethsabée, ces baigneuses inséparables. Le tableau
du Louvre est signé et daté (1625). Bien que
l'Abraham n'ait pas ces marques d'origine (fort
rares, on le sait), il appartient évidemment à la
même époque ; ce n'est pas seulement l'aspect général, mais aussi l'ordonnance de la composi-
tion, l'agencement et le mouvement des figures qui vous frappent par l'analogie de la conception
première. Dans l'exécution, le rapprochement est peut-être plus étroit encore : même palette,
même facture ; ce sont de ces petits tableaux de chevalet où Rubens, serrant de plus près et
sa forme et son dessin, se laissait amener à un degré de fini qui n'était point dans ses habitudes
de création rapide et féconde. C'est toujours sa force et sa puissance, mais avec un calme plus
patient. Il semble que la main du maître, en ces dernières années d'une vie si laborieuse, ait
voulu se détendre, se reposer de ses vastes toiles, et qu'il ait pris plaisir à caresser du pinceau
ces petites merveilles de souplesse et d'habileté de la main. Même conservation prodigieuse, d'ail-
leurs, dans ces deux panneaux : la force, l'intensité et la pureté du ton, l'éclat lumineux et
l'harmonie de la coloration sont restés tout entiers dans cette pâte solide, que le temps a émaillée,
et où se voient, comme des traces d'un travail d'hier, la dernière rayure du crin de la brosse, le
dernier glacis apporté par la main du maître

L'Adoration des Mages est un de ces sujets que Rubens aimait à traiter, pour la variété des
types, pour la richesse et l'originalité des costumes d'Orient, étalant leurs splendeurs dans le cadre
pittoresque de l'humble étable où vient de naître l'enfant divin. Paris, Anvers, Bruxelles, Malines,
la galerie Marlborough en possèdent des répétitions, avec variantes plus ou moins marquées dans

Lettre tirée de V « Orthographia » de Joh. Daniel Preisler.

1. Le tableau de l'Ermitage vient de la collection Crozat. La galerie Grosvenor en possède une esquisse de haute valeur.
Tome XII.

28
loading ...