L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 104
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0136
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
104 L'ART.

Nous autres, pauvres vivants, nous nous sommes bornés à sourire de cette prodigieuse mésaventure
d'un homme de tant de talent et à lui souhaiter quelque situation stable et vraiment digne de
lui, où le littérateur éminent pût rendre des services que mieux que personne il est à même de
rendre, sans courir le risque d'exposer de nouveau le critique à des appréciations en apparence
sévères, en réalité par trop méritées.

C'est chose faite' aujourd'hui, et heureusement faite par la création de la nouvelle chaire
d'esthétique. On aura grand plaisir à y entendre M. Blanc parler en homme de goût et s'abstenir
de toute incursion nouvelle sur un domaine qui, de tout temps, eût dû sagement lui demeurer
fermé. Les indignations soulevées dans ces derniers temps par ses coups d'encensoir à tout casser
en l'honneur de tant de faux tableaux, n'ont jamais été partagées par ceux qui l'ont suivi depuis
ses débuts et l'ont étudié dans tous ses écrits; ceux-là n'ont jamais ignoré que si on lui doit une
foule de pages charmantes, il a de tout temps commis les plus monstrueuses hérésies, du
moment où, s'écartant des appréciations générales, il s'est avisé de se prononcer sur l'authenticité
d'une œuvre d'art. Un exemple, je ne dirai pas entre mille, je craindrais de paraître cruel; un
exemple, un seul et ce n'est pas le moins réjouissant : en 18^7, M. Blanc a publié chez Hachette
un très-spirituel petit volume qui a nom : De Paris à Venise, Notes au crayon. On y lit entre
autres choses curieuses, à la page 41, à propos de sa visite au Musée Brera à Milan :

« Crivelli. La Vierge avec plusieurs saints.

« Toutes les écoles d'Italie ont commencé par être gothiques, même les Vénitiens. Crivelli
appartient à l'époque encore barbare où l'on divisait un tableau en compartiments, faute de
savoir le composer avec des groupes.

« Les draperies sont rehaussées d'or; la Vierge est au milieu, ayant deux saints à sa droite,
deux à sa gauche. Clefs de saint Pierre; elles sont en relief, c'est-à-dire qu'on a troué la toile
pour y attacher de véritables clefs ! Voilà du réalisme, j'espère. »

L'Italie tout entière a pouffé de son rire le plus joyeux à la lecture de cette énormité, que
M. Charles Blanc a grand soin d'abriter de ses fonctions d'ancien Directeur des Beaux-Arts,
étalées sur la couverture et sur le titre.

C'est qu'il n'y a qu'un bien léger malheur à cette découverte de « toile trouée pour y atta-
cher de véritables clefs ! » Crivelli n'a point peint sur toile, mais sur panneau, sur un panneau
d'une épaisseur à crever les yeux d'un aveugle, et les clefs sont sculptées dans ce panneau abso-
lument comme les bijoux et bien d'autres accessoires.

Dieu me garde d'oublier que l'honneur de cet immortel exploit n'appartient pas à M. Charles
Blanc seul ; il a bien soin de prévenir ses lecteurs qu'il avait un compagnon de voyage, un
inspecteur des beaux-arts, s'il vous plaît ! Arcades ambo.

Vous vous feriez d'étranges illusions si vous vous figuriez que l'éminent académicien a jamais
songé à rectifier si formidable erreur. Il s'y complaît au contraire et l'a éloquemment démontré
onze ans plus tard — en 1868 — lorsque terminant dans Y Histoire des Peintres de toutes les
Ecoles, l'École vénitienne, il a publié l'appendice où se trouve relégué un maître de la valeur de
Carlo Crivelli. Vous y lirez, page 6 : « Le musée le plus riche en ouvrages de Crivelli est la
galerie Brera, à Milan C'est là que nous avons vu le tableau d'une Vierge entourée de quatre
saints, qui porte des bracelets en véritable relief, et, parmi les figures de saints, celle de saint
Pierre qui tient des clefs en nature attachées à la toile et dorées. »

Comme il est prudent de mettre les points sur les i en présence d'une aussi étrange obstina-
tion, je me permettrai de renvoyer M. Blanc au catalogue de la Pinacoteca délia R. Accademia
di Belle Arti in Milano — Musée Brera — il y trouvera, page 32, sous le n° 149, le tableau
qu'il a vu peint sur « toile trouée pour y attacher de véritables clefs », qualifié de Tavola (et non
Tela) in tre comparti.

En présence de pareille façon de remplir ses devoirs de critique, il y aurait mauvaise grâce
à s'étonner que VHistoire des Peintres de toutes les Écoles, très-excellente idée de M. Charles

1. La National Gallery de Londres possède six Crivelli comme le Musée Brera. — P. L.
loading ...