L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 161
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0195
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
JACQUES CALLOT. 161

largeur, om.ii9. N° 19 de l'album de Santarelli. A été photographié dans le
recueil des Callot publié par M. Carlo Pini, sous le n° 57.

>jo 265. — Travaux de jardinage Cinq contadines. Celle toute seule sur le
premier plan, vue de trois quarts, fait un geste avec le bras droit comme si elle
s'adressait à quelqu'un, et elle tient le gauche derrière le dos ; elle a les pieds nus,
et son tablier relevé. Sur le second plan, deux fer.'.mes, l'une vue de face et
l'autre vue de dos avec le visage en profil, soulèvent ensemble un seau suspendu
au bout d'une très-longue perche. Elles ont les pieds nus, et sur la tête ces
mouchoirs dont un bout pend sur le dos. Elles sont grimpées sur un tertre.
Dans le lointain, deux femmes vues de dos se reposent assises sur leurs mannes
retournées. Elles sont coiffées de ces larges chapeaux de paille qui ressemblent à
un plat renversé, et par dessous elle portent sur la tête et sur les épaules l'ample
mouchoir qui leur sert de voile contre le soleil.

Dessin à la sanguine, terminé et ombré en hachures perpendiculaires. Hau-
teur, 0'",078; largeur, c.™, 119. No so de l'album Santarelli. A été photographié dans
le recueil des Callot publié par M. Carlo Pini, sous le n° ;8.

N° 266. L'Audition de la messe. Nous supposons que la porte de l'église
est ouverte, toutes les figures étant tournées du même côté. Sur le premier plan est
vu de dos, debout, la tète en profil découverte, un jeune homme sans barbe, un
poignard est attaché par derrière son vêtement à la hauteur de la taille. Devant
lui, vue de profil, une contadine est assise à terre se tenant un genou avec les
deux mains. Sa tête et ses épaules sont couvertes du grand mouchoir qui lui sert
de voile. Sur le deuxième plan, vu de dos et tête de profil, se voit debout un
religieux le capuchon abaissé et le chapelet au côté. Dans le lointain, quatre

où l'on sent le travail du graveur. Hauteur, om,o8o ; largeur, om,i20. N" 24 de
l'album. Santarelli. A été photographié dans le recueil des Callot publié par
Carlo Pini, sous le n° 4;.

N° 270. — Le jour de la paye. Deux gentilshommes, des propriétaires, le
père et le fils. Le premier vu de profil, la barbe en pointe au menton et tenant
une ombrelle, le second, vu de dos, sont assis sur des strapontins, à côté de leur
intendant, vu de profil, assis devant une table sur laquelle il compte de l'argent,
c'est-à-dire le salaire, à neuf contadines, dont trois, de face, sont appuyées sur le
coffre-fort. Presque toutes ont la tête couvertes de ces grands mouchoirs que
nous avons décrits à diverses reprises. Ce dessin est l'épisode final des travaux
d'agriculture et de jardinage dont il semble que Callot ait voulu composer ce
qu'on nomme, en langage d'éditeur, une suite. Dans l'album les dessins auraient
pu être mieux rangés pour coordonner entre eux les divers travaux des champs.
Il est vrai que ce sont plutôt des scènes détachées que des scènes qui se relient
l'une à l'autre.

Dessin à la sanguine, terminé et ombré à hachures faites avec un gros crayon
mal taillé. Hauteur, o"',o8o; largeur, om,i22. Ces dessins, comme on le remar-
quera, sont environ de la même dimension. N" 25 de l'album Santarelli.
A été photographié dans le recueil des Callot publié par M. Carlo Pini, sous
le n° 48.

N" 271. — Deux ouvriers, tirant des cordes avec effort de haut en bas. L'un
est vu de dos, l'autre de face, écartant les jambes.

Dessin à la sanguine, terminé et ombré avec des hachures faites par un
crayon un peu gros. Hauteur, o™,o84 ; largeur, om,i24. N»2Ô de l'album Santa-

femmes assises sur rclli- A «té photogra-

leurs mannes, deux_________________________ Phi4 dans le recueil

vues de face et deux 1 1 _11 ———^»™ô——-"^M^^^^^mm^^^g^g^-Ha-n^^^a^^^sBe»—____ ===_( ^es Callot publié par

un groupe étranger à 1 g II nu 60.

ce^c^u^ | ^ ^ ^ ^ ^ ' ■ ^ ^

N° 267. — Deux || phie dans son re-

contadines inoccupées. |j ï| cueil des Callot sous

La première est vue 1» iHi les numéros :

dant. Elle est coiffée I ^ II 183, hauteur, o'",ojo;

bant sur les épaules et J.-^^—™_______g____^"!ft^ 182, hauteur, om,oç3

formant voile. Ou re- Contadines jardinant. Sanguine de Cali.ot. largeur, o"',04o;

marque son petit cor- (N„ 26: dc |a sirie décrite par M. Foucques de Vagnonville.) lSl' hauteur, o-,04o;

sage (pièce d'estomac). largeur, om,oj9;

La seconde femme est

vue de dos, les mains par derrière, tenant son grand chapeau de pailie fait
comme un plat renversé.

Dessin à la sanguine, terminé, ombré en hachures. Hauteur, om,079, lar-
geur, om,n8. N° 22 de l'album Santarelli. A été photographié dans le recueil des
Callot publié par M. Carlo Pini, sous le n° 49.

N" 268. — Travaux de jardinage. Quatre contadines sur le premier plan,
en commençant par la gauche du regardant. La femme vue de dos, la tête de
profil, relève avec la main son tablier, et de l'aufre main fait un geste comme si
elle parlait. La seconde, également de profil, est baissée à moitié, ramassant avec
sa pelle du... grain (?) dont elle remplit deux mannes qui sont devant elle, et que
les deux femmes à ses côtés attendent pour emporter. Elle a les pieds nus. La
troisième femme, attendant, est vue encore de profil (en sens opposé); elle
regarde sa compagne travaillant. Elle a pareillement les pieds nus. Ces trois con-
tadines sont coiffées avec le grand mouchoir blanc pendant par derrière, que
nous avons plus d'une fois décrit. Dans le lointain on aperçoit une quatrième
petite femme vue de dos.

Dessin à la sanguine, terminé, ombré en hachures. Hauteur, o»',oSo; lar-
geur. o™,n8. N" 23 de l'album Santarelli. A été photographié dans le recueil des
Callot publié par M. Carlo Pini, sous le n» 51.

N» 269. — Gentilhomme et manant. Le premier est vu de dos. Il est coiffé
d'un chapeau de haute forme orné de grandes plumes et à larges bords dont un
est retroussé. Son collet de chemise plissé est rabattu. Son pourpoint court est
découpé aux épaûlettes et à la taille. Ses hautes-chausses bouffantes sont nouées
au genou par des rubans. Un baudrier soutient son épée. Il met le poing gauche
6ur la hanche. Sa dague est accrochée à son ceinturon. Il tient de la main droite,
non pas une canne, mais la fourchette qui servait à soutenir l'arquebuse. Est-ce
par contraste et avec intention que Callot a placé un va-nu-pieds (qui est vu de
dos pareillement)?Va-nu-pieds est bien l'expression pour la circonstance, car
tel il est représenté, coiffé seulement d'un chapeau déformé à très-larges bords,
•d'une chemise et d'un ample caleçon à la napolitaine. Il y a dans le mouvement
Ju corps et des bras quelque chose de bas et de vulgaire.

Dessin à la sanguine, terminé et ombré avec des hachures perpendiculaires

nous les citons ici, mais nous les répudions pour des Callot. Les bonnes pièces
de l'album auraient pu être rangées dans un ordre plus méthodique par celui
qui composa anciennement l'album. Il est évident qne la pensée de Callot fut de
traiter les travaux agricoles et horticoles, et le jour de paye devrait être le der-
nier de l'album. Mais cet album ne forme pas une série complète, et ce qui le
démontre, c'est que nous avons trouvés, parmi les dessins du fonds Médicis, cinq
pièces, à savoir les noa 272 à 276, qui appartinrent à cette même série, d'où il faut
conclure qu'elle fut divisée en deux parts à une date reculée,

N" 272. — Deux manants. L'un, vu de face, tient une pelle avec laquelle il
ramasse avec effort le grain qu'il veut recueillir. L'autre est vu de dos, et tient
le manche d'une pelle qui n'est pas achevée d'être dessinée, en sorte que la
palette n'existe point. Tous deux sont coiffés de chapeaux à larges bords, sont
vêtus de grosses vestes et de hautes-chausses serrées au genou.

Joli dessin à la sanguine, ombré et terminé. Hauteur, om,o74 ; largeur, o™,i 12.
Fait partie de l'ancien fonds de la collection des dessins du musée des Offices.
N° 77 du classement actuel. Il a été photographié dans le recueil des Callot
publié par Carlo Pini, sous le n» 1.

N» 273. — Les deux voyageurs. Une femme en profil, un mouchoir sur la
tête, dans le costume des paysannes de la campagne de Rome ou des Calabrcs,
est assise sur un cube de pierre. Un homme assis sur sa valise, le dos appuyé
contre un mur, un bâton entre les jambes, un grand chapeau abaissé sur les
yeux, paraît endormi. Ce dessin se trouve sur le revers du papier où est le croquis
des deux manants ramassant du grain avec leurs pelles, est ombré, terminé et fin
d'exécution. Il est à la sanguine.

Ses dimensions sont nécessairement les mêmes que celles du recto de la
feuille, c'est-à-dire: hauteur, o™,074 ; largeur, om,ii2. Fait partie de l'ancien
fonds Médicis de la collection des dessins du musée des Offices. N° 77, verso, du
classement actuel. N'a pas été photographié.

Foucques de Vagnonville.

(La suite prochainement.)

I^ME XII.
loading ...