L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 238
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0274
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
2)8 L'ART

N° 20. Le Violoncelliste, par Courbet.— 1,020 fr., àM. Vay-

son.

N° 21. Jeune femme endormie, par Courbet. — Très-beau
morceau de peinture. — 3,000 fr., à M. Lange. Cela vaut beau-
coup plus.

N° 25. Don Quichotte et Sancho sous un arbre, par Dau-
mier. — 1,620 fr., à M. Dolfus.

N° 26. Après le bain, étude par Daumier. — 320fr., à M. le
marquis de Charley.

N° 28. Desdémone, un Eugène Delacroix assombri, mais
plein de poe'sie. — 2,500 fr., à M. Lemme'.

N° 29. Ivanhoë et Rebecca dans le château de Fronte-Bœuf,
un Delacroix minuscule, un très-grand tableau dans ses infimes
proportions et de la plus pre'cieuse exécution. — 3,000 fi., à
M. Desprez.

N° 31. Le Bon Samaritain, esquisse par Eugène Delacroix.
— 5,000 fr.

N° 32. Arabe montant à cheval, par Eugène Delacroix. —
8,000 fr., à M. Desprez.

N° 33. Campement arabe, par E. Delacroix. — 4,300 fr., à
M. Pinart.

N° 34. Paysage du Maroc, par E. Delacroix, morceau su-
perbe enlevé à la Rubens. M. Arosa l'avait payé 400 fr. â la
vente après décès de Delacroix; M. Leroy vient de l'acheter
3,100 fr.

N° 43. Portrait d'une dame de la famille Boonen, par Eu-
gène Delacroix d'après Rubens (Musée du Louvre). Ainsi s'exprime
fort erronément le catalogue, qui ne fait d'ailleurs que repro-
duire l'erreur commise par M. Frédéric Villot dans sa Notice
des Tableaux des Écoles allemande, flamande et hollandaise,
6e édition, 1855,page 245,^461. Le savant écrivain a cru pou-
voir maintenir de la sorte le baptême de ce portrait, parce qu'il
fut vendu en 1776, à Bruxelles, avec les tableaux de la baronne
de Boonen ; s'il avait consulté le Catalogue raisonné de Smith,
il aurait vu que ce dernier avait signalé la méprise dès 1830,
dans son tome II, page 119, n° 401, et indiqué que ce devait être
un portrait de la première femme de l'artiste. C'est en effet une
des répétitions faites dans l'atelier de Rubens et retouchée par
lui du superbe portrait d'Élisabeth Brant1 (Smith, tome II,
page 3 16, n° 1186), autrefois chez M. Van Havre, à Anvers, où il
se trouvait en compagnie du célèbre tableau connu sous le nom
du Chapeau de paille, titre absurde que l'on a rectifié dans le
catalogue de la National Gallery — on y lit fort justement Cha-
peau de poil — et en compagnie du non moins célèbre portrait
d'Hélène Fourment, une des merveilles de Buckingham Palace.
L'original du portrait d'Elisabeth Brant se trouve à Paris; cette
autre merveille fait partie du cabinet de M. le baron Alphonse
de Rothschild, et eût autrement enthousiasmé Delacroix que la
répétition fort affaiblie du Louvre, dont il a fait une si vibrante
étude adjugée pour le prix infime de 700 fr. à M. Henri Hecht,
un raffiné qui s'est également donné une étude de Diaz, Mare
en forêt (n° 45), pour 865 fr., et un petit Ribot, Chanteur Rac-
compagnant sur sa guitare (n° 64), pour 375' fr.

N° 48. Sentier au milieu des champs, un excellentLsime
Hervier. — 850 fr., à M. John W. Wilson.

N° 50. Paysage (effet de matin), d'une extrême justesse, par
Jongkind. — 1,800 fr., à M. Baubigny.

No 58. Moines en prière, un Legros daté de 1862 ; — une
certaine recherche de caractère, mais c'est terriblement sec et
dur. — 530 fr., à M. Thibaudeau.

N° 60. Paysage au printemps, par Pissaro. — 250 fr., à
Mme Azimon.

N° 63. Le Chat pris en flagrant délit de vol, un Ribot, plein
d'esprit et d'une exquise finesse de ton, œuvre du meilleur faire
de l'excellent peintre du Saint Sébastien du Musée du Luxem-
bourg. — 935 fr., à M. Théodore Mélot.

N° 66. Lisière de bois, œuvre des derniers temps de Thée-
dore Rousseau, de son faire malheureusement tricoté. —
8,900 fr.

N" 67. Le Petit Malade, un véritable bijou artistique, exé-
cuté con amore en 1855 par le regretté Octave Tassaert. —
4,550 fr., à M. John W. Wilson.

N° 68. Sarah la baigneuse, par le même. Composition
élégante inspirée par les Orientales de Victor Hugo, mais pein-
ture beaucoup moins enveloppée. C'est très-antérieur au n° 67.

— 3,150 fr., à M. Alexandre Dumas.

— Le 4 mars, M0 Charles Pillet, assisté de M. Georges Petit,
a vendu pour 286,940 fr., 70 tableaux modernes et 4 anciens,
formant la Collection particulière d'un des grands marchands de
Londres, M. Everard.

N° 4. La Place Clichy en hiver, le matin, par Boldini; toile
pétillante d'esprit et de verve, datée de 1874. On y distingue les
portraits d'une extrême ressemblance de deux savants experts,
M. A. Febvre, de Paris, et M. Stephan Bourgeois, de Cologne. —
15,000 fr,, à M. Fichel.

N° 7. Le Pifferaro, par W. Bouguereau. — 3,450 fr.

N° 8. Taureau en liberté, par Brascassat. Cette œuvre, d'une
extrême sécheresse, ne s'en est pas moins vendue 19,000 fr.!

Nn 9. Une Cascade en Suisse, par A. Calame. — ?>700 fr., à
M. Pierard.

N° 13. Lesbie, par J. Coomans, le peintre à qui le gouverne-
ment belge a donné un prix fantastique pour une toile de même
force placée au Musée royal de Bruxelles. — 660 fr.

N° 15. Bords de rivière, par Corot. — 3,000 fr.

N° 16. Matinée musicale, par Cortazzo. —6,800 fr.

N° 18. L'Oiseleur, par Couture. — 7,620 fr., à M. Leys.

N" 19. La Fin du crépuscule, par Daubigny, 3,050 ir.

N° 23. Coucher de soleil avant l'orage, par Diaz. — 2,200 fr..
à M. Roudillon.

N" 25. Assomption de la Vierge, par Diaz. — 4,705 fr.

N° 3 3. Une Halte, par Fromentin. — 4,250 fr., à M. Rigaud.

N° 37. La Visite des grands parents, par Induno. —
5,700 fr., à M. Verbessem.

N° 38. Troupeau de moutons sous bois, par Ch. Jacque. —
4,800 fr.

N° 41. Les Deux yl;m'.s,par Gustave De Jonghe.— 2,500 fr.

N° 42. LeVoleur dans la foire, par Knaus. — 6,500 fr.

N° 43. Rêverie, par Madrazo. — 4,010 fr., à M. Leroy.

N° 45. Le Liseur, par Meissonier (autrefois dans la collec-
tion Suermondt). — 27,100 fr.

N° 46. Une Folle, par Hugues Merle. — 3,850 fr.

N° 47. L'Attente, par le même. — 4,550 fr.

N° 48. L'Ivrogne, par Munkacsy, tableau d'une exécution
robuste. — 4,450 fr.

N° 49. Trompette de chasseurs à cheval, par de Neuville.

— 1,580 fr., à M. le baron de Sach.

N° 50. L'Avenue du bois de Boulogne, par J. de Nittis. —
3,350 fr.

N" 52. Nature morte, petit morceau exquis, par Gustave
Ricard. — 1,500 fr.

N° 53. Fpisode du sac de Rome sous le connétable de Bourbon,
par Robert-Fleury. — 6,700 fr.

N° 58. Épisode de la bataille de Morat, par Ary Scheffer.

— 3,250 fr.

N° 59. La Halte, par Schreyer. — 4,850 tr.

N° 60. La Lettre attendue, par Alfred Stevens. — 7,080 fr.

N° 61. La Triste Nouvelle, par Alfred Stevens. — 4*650 fr.,
à M. Cahen d'Anvers.

N° 62. Les Confidences, par Toulmouche. — 4,ioofr.

N" 63. La Provende des poules, c'est le charmant petit
Troyon qui a appartenu au prince Anatole DemidofF de San
Donato. — 7,705 fr.

1. Nous disons Elisabeth Brant pour nous conformer au texte de Smith, mais le véritable prénom de la première femme de Rubens est Isabelle.
loading ...