L' art: revue hebdomadaire illustrée — 4.1878 (Teil 1)

Page: 287
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1878_1/0326
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EUGÈNE-EMMANUEL VIOLLET-LE-DUC.

287

même, a cependant des parties qui peuvent à la rigueur être conçues comme détachées de l'édifice
sans entraîner sa ruine. Mais il suffit que l'ensemble, les lignes, le caractère architectural soient
absolument respectés par la décoration, pour qu'on n'ait rien de plus à demander.

A ce point de vue l'architecture grecque est digne de toute admiration, et Viollet-le-Duc,

que l'on se plaît à représenter comme un ennemi de l'antiquité, revient très-souvent sur ces
considérations.

« Dans l'architecture grecque, dit-il dans son Troisième Entretien (p. 79), la formé visible,
extérieure, n'est que le résultat de la cons-
truction ; l'architecture grecque ne saurait 30 j^^C~~~*'~^
être mieux comparée qu'à un homme dé- ^^r*,- ^^^^BlBI \
pouillé de ses vêtements, dont toutes les ,''^£5*1^ --^^^^^^^^^^^^F
parties extérieures du corps ne sont que la ;: i^W'. ^^Èj^^^^^^^^^^^^^l Jt--^^^^^l
conséquence de la structure de ses organes, B^l,,,^BBfsMMg^^Halli fil', ' -
de sel besoins, de l'assemblage de ses os, ^^^^^h^^^Ê
des fonctions de ses muscles. L'homme est ^J}* ^Xr^s^^^^ '•^^^&Im
d'autant plus beau que toutes les parties de ^^^^^^^^^^^^^^ || 1 ^^^^^^^^^^^^^^^^^^i^^^^^^^^^^^^
son corps sont en rapport avec leur destina-
tion, qu'il ne s'y trouve rien de trop, mais il" "
qu'elles suffisent à leurs fonctions. L'archi-
tecture romaine peut être au contraire corn- \ \\\\
parée à un homme vêtu ; il y a l'homme, il / |^|
y a l'habit; cet habit peut être bon ou mau- /'■''J^
vais, riche ou pauvre, bien ou mal taillé, ^
mais il ne fait pas partie du corps ; il doit (
être étudié, s'il est bien fait et beau ; laissé |L5
de côté, s'il gêne les mouvements de l'homme, j Jj
s'il n'a ni grâce ni raison dans sa coupe. 'i^v|!l|^\ j ^'W^^.v^^s,
.Dans l'architecture romaine il y a la struc- V^N.\^i S^^^S^ WlÈÊÈÈÊÊiÊh
turc, la construction vraie, réelle, utile, coin- i\!^^^v^5lBB^<Wwl^!\(S^^^^^^^
binée en vue de remplir un programme ^^^S^i^Su^m^^^^Êr
dressé de main de maître 5 il y a l'enve- ^^^^^yjl <

loppe, la décoration; celle-ci est indépendante /V" f~^^\^C\\

1 1 i»t 1 v i. • j 1 i (hjilk A 1)1/Il Sk L/J//i/,,À\mÀ 1

de la structure, comme 1 habit est indépendant ^^^^^^K^^^mmwrmji)

du corps de l'homme. » ) 'Hlfflnn^IîilfffnWmiiîM^I: liflÉlI

..~ . . . . ç<? IHHlmliiilll»i"''''"i'''H',,w ^^■"™MHflH)HHMH

Il est difficile de taire mieux comprendre \b • > I 11

1 CrJlv0" I

la différence de ces deux genres d'architec-

Chapiteau. (Fin du xic siècle.)
ture, et de mieux préciser ce qui dans la Ancienne cathédrale de Saint-Nazaire, à Carcassonne.

seconde revient à l'imitation ou caractérise Dessin d'Eugène Viollet-le-Duc,

. . tiré de son Dictionnaire raisonné de l'architecture /rangaise,

l'originalité du peuple romain. du XIt au XVJe siècle (PariSj Vc A. Morel et c,tJ

Mais cette unité logique, cette systéma-
tisation des parties, cette intime liaison de la décoration et de la structure, cette fécondité du
principe générateur qui a enfanté par voie de déduction toutes les parties de l'architecture
grecque et qui constitue sa beauté artistique, Viollet-le-Duc les retrouve à un degré au moins
égal dans l'architecture française des xne et xmc siècles. Non-seulement il les y retrouve, mais il

Histoire d'une forteresse, i vol. in-8" de 568 pages, illustré de nombreuses gravures, dont 8 en couleurs. — Bibliothèque d'éducation
et de récréation. J. Hetzel, 18, rue Jacob.

Le Massif du Mont-Blanc Etude sur sa constitution géodésique et géologique, sur ses transformations et sur l'état ancien et moderne de
ses glaciers. 1 vol. de 276 pages, avec 112 figures dans le texte.— Bibliothèque polytechnique. J. Baudry, 15, rue des Saints-Pères.

Carte du massif du Mont-Blanc, dressée à 1/40,000, d'après les relevés de E. Viollet-le-Duc et ses études sur le terrain, de 1868 à 187?,
avec l'aide des minutes du dépôt de la guerre et des levés du capitaine d'état-major Mieulet. Cette carte, de 1 mètre sur ira,20, est imprimée en
douze couleurs qui permettent de distinguer à première vue les roches, les glaciers, les lacs, les cours d'eau, les diverses natures de végétation,
les routes et les chemins. Autour de la carte, l'auteur a donné les profils, coupes, altitudes, etc., qui en facilitent l'intelligence. — Bibliothèque
polytechnique. J. Baudry, 15, rue des Saints-Pères.
loading ...