L' art: revue hebdomadaire illustrée — 2.1876 (Teil 1)

Page: 24
DOI issue: DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1876_1/0035
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
24 L'ART.

Jean, saint Luc, saint Matthieu, saint Marc et Jésus tiré du tom-
beau par un ange; cette dernière correspond à la Passion de
Notre-Seigneur selon saint Jean.

« Les dix-huit autres miniatures, qui, avec leurs splendides
encadrements, — non moins remarquables quelquefois que les
miniatures elles-mêmes, — remplissent les pages tout entières,
offrent les sujets"suivants :

« i. La Salutation angélique. Les figures, d'une grande finesse,
ont beaucoup d'expression. Le fond, offrant une chapelle gothique,
est très-soigné dans tous ses détails.

« 2. La Visitation de la Vierge.

« 3. La Naissance du Sauveur.

h 4. Les bergers avertis par un ange de la naissance du Sau-
veur. Peinture très-fine. La cité qui fait le fond de cette minia-
ture est très-soignée dans tous ses détails.

« 5. Les rois mages, guidés par une étoile, venant adorer
Jésus. Composition à huit personnages, miniature très-belle.

« 6. La Présentation au temple. Belle miniature sur fond or.

« 7. La Fuite en Egypte.

« 8. Le Couronnement de la Vierge et son intronisation à la
droite de Dieu le Fils.

■ 9. La Résurrection des morts et le Jugement dernier.

« 10. L'Office des morts, figuré par des moines psalmodiant
dans le chœur d'une église, devant un catafalque recouvert d'un
drap noir, orné d'une croix d'or, et aux quatre coins duquel sont
des cierges allumés.

» 11. Jésus dans le jardin des Oliviers offre son calice à
Dieu le Père ; il va ensuite réveiller ses disciples. On voit, dans

« 14. L a Flagellation de Jésus.

a 15. Jésus couronné d'épines. Miniature très-fine, composi-
tion originale. Les costumes des deux bourreaux sont ceux du
XVe siècle.

I 16. Jésus crucifié entre deux larrons.
« 17. La Descente de croix.

II 18. Jésus mis au tombeau. Parmi les assistants on remar-
que encore un moine, dont la présence est aussi inexplicable
qu'au n° 13; dans le lointain, Judas pendu à un arbre. Grande
composition à 17 personnages.

« Nous venons de décrire les 18 belles peintures de ce ma-
nuscrit. Il est encore orné de 40 grandes bordures, les unes
composées de fleurs et d'entrelacs, en or et en couleur, les
autres de palmes en couleur au milieu desquelles se remarquent
des oiseaux et des anges d'une exécution très-soignée.

« Nous ne dirons qu'un mot des 2,000 lettres initiales à
fond d'or qui sont semées dans ce volume. Elles sont du plus
beau relief et de la plus belle conservation.

« Rien n'est admirable comme les riches miniatures qui or-
nent ce livre. On peut difficilement trouver des expressions
exactes pour caractériser la finesse des figures, leur grâce et
leur délicatesse. Les détails, les fonds relevés d'or et d'argent,
sont de la plus extrême ténuité. C'est à ce point de vue qu'on
serait tenté de les assimiler aux œuvres du duc-artiste René
d'Anjou. La figure de la vierge Marie se fait remarquer, entre
toutes les autres, par son admirable expression de douceur; les
têtes d'anges, leurs poses ascétiques, inspirées, leurs extases,
ont quelque chose de surhumain. Enfin les ornements qui

le fond, les soldats qui viennent s'emparer de lui. encadrent les pages sont composés de fleurs, de fruits et d'in-

« 12. Jésus embrassé par Judas et saisi par les soldats ; saint j sectes: c'est la nature même, avec toute sa fraîcheur et tout

Pierre remettant son glaive au fourreau, et le serviteur du l'éclat de sa perfection.

grand prêtre Malchus, à qui Jésus rattache son oreille, une | « Tous les amateurs qui examineront ce manuscrit lui recon-

des plus belles compositions de ce manuscrit. Elle ne contient naîtront une étonnante analogie avec le Diurnal du roi René

pas moins de 14 personnages qui ont chacun une expression
différente. L'exécution est parfaite. C'est un chef-d'œuvre, plein
d'animation et d'une exécution irréprochable.

« 13. Pilate se lavant les mains en présence de Jésus,
amené les bras liés devant lui ; à gauche de Pilate, un moine
debout, dont on ne saurait expliquer la présence dans cette scène
de la Passion. Très-belle miniature.

(manuscrit n° 547 de la Bibliothèque nationale, à Paris). »

— On annonce les ventes de la collection de M. C. Mar-
cille, de -Chartres (Prudhon, Géricault et Chardin en qualité
hors pair), de la précieuse bibliothèque de M. Lebœuf de Monc-
germont et du riche mobilier provenant du château de Vaux-
Praslin.

NECROLOGIE

M. E. Lundgren est mort le 16 décembre à Stockholm,
dans sa soixantième année. Cet artiste suédois, membre de
la Société des aquarellistes de Londres, avait fait ses études
artistiques à Paris où il passa plus de quatre ans. Ce fut un
artiste voyageur ; il résida tour à tour en Italie, en Espagne,
en Egypte, aux Indes, en Angleterre. Paysagiste habile, il
était en outre bon linguiste et écrivain de talent. Il a publié

à Stockholm des lettres d'Espagne et des lettres des Indes.
En 1861, le roi de Suède l'avait nommé chevalier de l'ordre
de Wasa.

— Nous apprenons au dernier moment une douloureuse
nouvelle. M. Achille Jubinal, notre collaborateur, vient de
mourir. Nous lui consacrerons prochainement une notice
nécrologique.

Le Dincwur-Gérant, EUGÈNE VÉRON.
loading ...