L' art: revue hebdomadaire illustrée — 2.1876 (Teil 1)

Page: 101
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1876_1/0115
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ART DRAMATIQUE

M. GOT

de la comédie-française

ot (François Jules Edmond) est né en Bretagne le i" octobre 1823.
Son père était Breton, sa mère était Normande ; elle était de Ligne-
rolles, petite ville du département de l'Orne.

C'est là qu'il fut élevé et passa ses premières années. Ses
parents étant venus se fixer à Paris, Got fit ses études, et de fort
bonnes études, au collège Charlemagne, comme élève de la pen-
sion Saint-Amand-Cimettierre, fut lauréat au concours général, et
la suite naturelle des choses l'eût certainement porté vers la carrière
universitaire, où l'inclinait son goût déclaré pour les lettres, si la
destinée, qui trouve toujours son chemin — semper fata viam
inveniunt — ne l'eût jeté hors de sa voie normale.

Got quitta l'institution Saint-Amand-Cimettierre à la suite d'une altercation avec le chef de l'éta-
blissement qu'il illustrait de ses succès et fit sa rhétorique comme externe libre.

Voilà comment il arriva que vers sa dix-huitième année il écrivait vaguement dans le National et
fréquentait les théâtres, où il prit rapidement le goût actif de la comédie.

En 1841, il entre au Conservatoire dans la classe de Provost, y remporte un second prix à la fin
de sa première année et à la fin de la seconde un premier prix, qui lui ouvre à deux battants les
portes... de la rue, sans autres ressources que sa propre industrie, sa qualité de lauréat lui retirant
tout droit à la pension d'élève.

Heureusement pour lui, la patrie ne tarda pas à l'appeler sous les drapeaux et voilà le pauvre Got
parti pour l'armée, où il va faire l'ornement du 2e escadron du 4" chasseurs à cheval.

Mais la muse au rire sonore l'avait suivi. Got avait emporté avec lui une idée fixe. Il entendait
des voix. Le mufle de lion de la fontaine où il allait le matin, en pantalon de toile et en sabots,
abreuver sa monture, se transformait à ses yeux, comme le marteau de la porte de Scrooge, dans le
conte de Dickens, et devenait pour lui le masque à la large bouche des interprètes d'Aristophane.

Tant et si bien qu'un beau jour, muni d'un congé en bonne forme et de l'autorisation de ses
supérieurs, Got s'en vient à Paris débuter à la Comédie-Française. 11 y paraît, le 17 juillet 1844, dans
le rôle d'Alain des Héritiers et dans le Mascarille des Précieuses ridicules. Engagé après ces deux
épreuves pour le 1" avril de l'année suivante, il poursuit ses débuts par le Médecin malgré lui, les
Plaideurs et les Fourberies de Scapin.

Tome IV. 14
loading ...