L' art: revue hebdomadaire illustrée — 2.1876 (Teil 1)

Page: 265
DOI issue: DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1876_1/0286
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHRONIQUE

et d'une expression excellente ; le Buisson de roses, de C. De-
grange, le peintre de fleurs célèbre à Lyon : ses roses effeuillées
sont faites avec art, avec trop d'art même, et son buisson a trop
l'air d'un bouquet; — Portrait de Seigncmartin, par lui-même;
jeune artiste plein d'avenir, mort cet hiver en Algérie; Portrait,
par M. Sibnet, d'un dessin correct, d'un bon modelé ; — Pastels}
de Julien, où l'on admire l'adresse du praticien, mais où l'on
ne trouve pas assez de transparence ; il faudrait plus de légèreté
de tons; la Chanteuse d''Alger, de Hirsch, sujet agréable et
d'heureuse couleur locale, mais les chairs devraient être plus
chaudes et les étoffes mieux drapées.

ÉTRANGÈRE. 265

N ous bornerons là cette nomenclature, pour dire qu'à côté
de l'exposition se trouve le legs fait par M. Bernard à la ville de
Lyon. Il se compose de 300 tableaux de différentes écoles qu'on
a rangés dans de petites salles séparées. Il y a des tableaux de
maîtres; quelques-uns sont signés. C'est un legs qu'on estime au
moins à un million. Il comprend encore les portes du baptistère
de Palerme et une mosaïque antique.

Parmi les œuvres principales on cite des Teniers, un Ange
du Pérugin, une Vierge de Carrache, la Mort de la Vierge,
de Raphaël, un portrait de Rembrandt et un de Van Dyck.

CHRONIQUE ETRANGERE

Allemagne. — Le monument de Rietschel a été inauguré,
le 21 février, à Dresde, en présence de la cour et d'un public *
nombreux. Le monument est l'œuvre de M. le professeur Jean
Schilling. Il se dresse sur la terrasse de Brùhl, à l'endroit où se
trouvait autrefois l'atelier de Rietschel, et se compose d'un tré-
pied massif de granit et de bronze sur lequel s'élève une colonne
surmontée du buste du célèbre sculpteur, et entourée de trois
figures allégoriques de jeunes éphèbes symbolisant les trois spé-
cialités de Reitschel : le dessin, le modelage et la taille du marbre.
Le jeune modeleur travaille à la statue de Lessing, le jeune pra-
ticien met au point le buste de Rauch ; ce sont là, comme on sait,
deux des œuvres les plus remarquables d'Ernest Rietschel. Indé-
pendamment de divers attributs décoratifs : couronnes, fleurs, etc.,
la colonne est ornée des trois figures en relief de l'Histoire, de
la Poésie et de la Religion.

— Exposition de Cologne. — Nous avons annoncé qu'une
exposition historique des arts industriels aurait lieu l'été prochain
à Cologne. C'est la Société des Antiquaires de cette ville qui a
pris l'initiative de cette exposition dont l'idée lui a été suggérée
par le succès de l'exposition organisée l'année dernière à Franc-
fort. Les.trésors d'art des contrées que baigne le Rhin supérieur
ayant brillé du plus vif éclat à Francfort, Cologne veut prouver
que le Rhin moyen et le Rhin inférieur sont en état de soutenir
la lutte, et avec d'autant plus de chances de l'emporter que leur
histoire artistique se rattache à celle des Pays-Bas et de la West-
phalie. Un comité vient de se constituer sous la présidence d'hon-
neur du prince Antoine de Holenzollern et la présidence effective
de M. Thewalt, bourgmestre adjoint de Cologne. L'exposition
s'ouvrira le 1" juillet dans les bâtiments du Casino. Elle durera
deux mois. Elle retracera principalement l'histoire locale des arts
industriels jusqu'à la fin du xvni* siècle. Voici,du reste, les divi-
sions de l'exposition :

i° Antiquités romaines et gauloises; produits des fouilles;

2° Travaux textiles ;

3° Peinture décorative, miniatures, laques, émaux, etc.;

4° Métaux ; orfèvrerie, bijouterie, bronzes, armes, horlo-
gerie, reliquaires, etc.;

50 Travail de la pierre; sculptures, mosaïques, cristaux;

6" Sculptures sur bois ; meubles, etc. ;

7° Petits travaux en bois, ivoire, corne, cire, nacre, etc.;

8° Porcelaines et faïences ;

9" Verrerie;

io° Cuirs; reliures, etc.;

11° Impressions et travaux graphiques.

12" Peintures originales de l'Ecole rhénane et de l'Ecole
colonaise jusqu'à la fin du xvne siècle.

Angleterre. — M. John Forster, l'écrivain distingué, ami
et biographe de Dickens, a légué au Département des Sciences et
Arts son importante bibliothèque, sa collection de manuscrits et
autographes, et la plupart de ses peintures et dessins. Le testament
en laissait l'usufruit a M"" Forster, qui a préféré abandonner

Tome IV.

2 mars 1876.

immédiatement le legs à South Kensington. Parmi les livres d'art
qui font partie du Cabinet de M. Forster, il faut citer un exem-
plaire magnifiquement illustré de l'Histoire biographique d;Angle-
terre, par Granger, 31 volumes in-folio, avec 5,562 portraits
et gravures, ajoutés tant par M. Forster que par l'amateur qui
en avait commencé l'illustration. Parmi les recueils d'estampes,
on cite une collection précieuse et rare des planches originales
d'Hogarth, en divers états. Parmi les peintures et dessins, sont
compris des ouvrages de Frans Hais, Guardi, Terburg, Rey-
nolds, Gainsborough (notamment le portrait de sa fille, une des
attractions de l'exposition d'hiver de la Royal Academy, en 1875),
Benjamin West (esquisse à l'huile de sa Résurrection de Lajare),
Bonington, Harlowe, Cipriani, Stothard, G. S Newton (portrait
de Walter Scott), Turner (deux dessins), Cattermole, Eastlake,
Clarkson Stanfield (notamment le Château d'Ischia), Maclise (des
scènes de Werner et un grand nombre de dessins originaux, pour
la plupart des portraits d'hommes de lettres, morts et vivants),
W. M. Thackeray, l'auteur de Vanity Fair, qui était, comme
on sait, un habile dessinateur en même temps qu'un écrivain de
premier ordre, sir Edwin Landseer, H. Wallis, F. D. Hardy,
F. W. Topham, Boxall, Frith (portrait de Dickens, peint pour
M. Forster), et Watts (portrait de Thomas Carlyle, également
peint pour M. Forster) ; en tout environ 50 peintures à l'huile,
indépendamment d'un nombre considérable de dessins et d'es-
quisses.

— L'exposition de la Royal Academy d'Ecosse s'est ouverte
récemment dans les galeries de l'Académie, à Edimbourg. D'après
Y Academy, l'exposition est médiocre, car si les peintres résidant
à Edimbourg y'sont représentés par des œuvres caractéristiques,
le contingent des artistes étrangers, tant Anglais qu'Ecossais
habitant Londres, est moins important qu'à l'ordinaire, et parmi
les envois des jeunes et des débutants inconnus il en est peu qui
annoncent un talent élevé. Le vétéran du portrait, M. Daniel
Macnee, nouvellement élu président de la Royal Academy d'Ecosse,
expose un vigoureux portrait de M",e Sam Bough, femme d'un
paysagiste qui expose lui-même un paysage dont on dit beaucoup
de bien : Tnccd and Teviot : Wmdstorm (coup de vent).

— M. Cari Brun, qui prépare une vie de Mantegna, est en ce
moment en Angleterre occupé à étudier les œuvres de ce maître
qui se trouvent à la National Gallery et ailleurs. Outre les car-
tons du Triomphe de Jules César du palais d'Hampton Court et les
deux tableaux à l'huile du musée de Trafalgar Square, il y a
dans le Rovaume-Uni un grand nombre de dessins de Mantegna.
Le British Muséum en possède plusieurs très-beaux, surtout la
Calomnie d'Apelles ; la magnifique collection du duc de
Devonshire à Chatsworth est également riche en dessins de
Mantegna et M. Malcolm en possède un ou deux spécimens
admirables.

— La Pall Mail Gaiette a publié une lettre d'un grand in-
térêt de notre collaborateur, M. J. Comyns Carr; elle a trait à
la constitution de la Royal Academy.

35
loading ...