L' art: revue hebdomadaire illustrée — 2.1876 (Teil 1)

Page: 290
DOI issue: DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1876_1/0313
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
C HRONIQUE

FRANÇAISE

fi

s:









p











'académie des Beaux-Arts a désigné comme
jurés adjoints, pour prendre part aux divers juge-
ments du concours au grand prix de Rome (sculp-
ture), MM. Barrias, Maniglier, Millet et Saimson.
— Il y a deux ans, le Directeur des Beaux-Arts,
M. de Chenneviéres, avait proposé la publication d'un gigantesque
ouvrage qui devait comprendre l'inventaire des richesses d'art de
toute la France, dans les musées nationaux, dans les monuments
civils et religieux, même dans les collections particulières.

Cet inventaire, conçu dans des proportions grandioses, est
déjà commencé. La librairie Pion, qui doit l'éditer, vient de faire
paraître les trois premiers fascicules commençant trois séries dif-
férentes.

Il faut souhaiter qu'un tel ouvrage soit poussé avec activité;
ce sera l'un des plus beaux catalogues qu'on puisse rêver, et, pour
tout dire, un monument d'un prix inestimable. L'Art donnera pro-
chainement un compte rendu des premières livraisons parues. Pour
aujourd'hui contentons-nous de rappeler les noms des écrivains à
qui a été confiée la conduite de l'Inventaire général des richesses
d'art de la France : MM. Chabouillet, Chéron, Clément de
Ris, Jules Cousin, Darcel, Henri Delaborde, Arthur Gentil,
Ed. de Concourt, J. J Guifl'rey, Gruyer, Georges Lafenestre,
Louvrier de Lajolais, de Montaiglon, Paul Mantz, Michaux,
Paul de Saint-Victor, Reiset, deRonchaud, Servaux, Ed. Soulié,
O. de Watteville.

M. Georges Lafenestre, notre sympathique et savant colla-
borateur, a été nommé secrétaire de cette commission.

— Le peintre de batailles Adolphe Beaucé, qui vient de
mourir, laisse sans ressources sa femme et sa fille. Leur situation

a ému plusieurs artistes qui ont adressé un appel à la géné-
rosité de leurs confrères. .

MM. Gérôme, Toulmouche, Leloir, Feyen-Perrin, Lansyer,
Lemaire, Yvon, Jundt, etc., ont envoyé leur offrande et formé
ainsi les premiers éléments d'une vente à laquelle s'ajouteront les
tableaux, les études et les dessins trouvés dans l'atelier de
Beaucé.

— Les biens de Courbet vont être prochainement vendus à
la réquisition du domaine public pour couvrir les frais de restau-
ration de la colonne Vendôme. Ces biens consistent, au dire du
Figaro, en une petite métairie dans le Doubs, estimée de 15 à
18,000 fr.; en 30,000 fr. de titres nominatifs déposés depuis
1869 à la Banque de France, à Paris; en un mobilier artistique
qui ornait l'ancien atelier du peintre d'Ornans, rue Hautefeuille.
et en six tableaux lui appartenant.

—■ L'exposition de l'Union artistique, place Vendôme, sera
fermée le 15 mars. Nous avons dit que de très-bonnes œuvres y
avaient été produites. Ces jours derniers nous y avons remarqué
deux petites toiles de M. Berne-Bellecour et un grand tableau de
M. de Nittis qu'on a ajoutés aux œuvres exposées.

M. de Nittis, comme on sait, aime les réalités vivantes de
la rue ; il est homme à s'installer au coin d'un carrefour, dans
le réduit d'un marchand de marrons, ou au fond d'une voiture
pour rendre avec plus de vérité les physionomies des passants,
les attitudes pittoresques, le mouvement et l'aspect spécial d'un
quartier. Son tableau nouvellement exposé est intitulé Piccadilly :
c'est un coin de Londres pris sur le vif. Rien d'intéressant et
d'original comme cette peinture qui rend d'une façon saisissante
les mœurs anglaises.

CHRONIQUE

Angleterre. — Le rapport du Directeur de la National
Gallery, de Londres, pour l'année dernière, a paru tout récem-
ment. Ce document énumèreles œuvres dont le Musée s'est enri-
chi par acquisition, legs ou donation. Ce sont notamment : Un
sénateur vénitien par Andréa da Solario, acheté à Milan i,88ol.st.;
Sous bois par Gainsborough, 1,207 10 s^-i acheté à la vente
de la collection de M. Watts Russel ; Le moulin à vent de John
Crome, 231 1. st., idem; Colin-Maillard, dessin original de
Wilkic, legs de miss Henriette Bredel ; l'Enfant au chevreau par
Lawrence, legs de lady Georgina Fane, dont c'est le portrait
enfant; Pierre Neef, Intérieur d'une église gothique, offert par
M. H. H. Howorth. Le total des visites a été de 806,250 à Tra-
jalgar square, et de 830,212 à South Kensington, ce qui donne
en moyenne pour les deux musées 4,479 visites par jour, chiffre
légèrement supérieur, d'après Y Academy, à celui de l'année pré-
cédente, légèrement inférieur au contraire d'après YAthenœum.
Les œuvres qui ont été le plus souvent copiées sont : Landseer,
Epagneuls, 17 fois; Reynolds, Têtes d'anges, 15 fois; Turner,
le Téméraire, 13 fois ; Cresvick, le Chemin de l'église. 13 fois ;
André del Sarto peint par lui-même, copié 11 fois ; Velasquez,
Philippe IV, 9 fois; et Rubens, le Chapeau de paille, 8 fois.

— M. Ruskin a été pour la y fois réélu pour 3 ans titulaire
du cours d'art, fondation Slade, à Oxford.

Belgique. — Dans sa séance du 26 février, le Conseil com-

ÉTRANGÈRE

9 mars 1876.

munal d'Anvers a ouvert, à l'occasion du troisième centenaire de
Rubens, un concours pour une Histoire de l'école anversoise de
peinture écrite en style populaire. Un prix de 3,000 francs sera
alloué à l'ouvrage couronné. Les manuscrits devront être adres-
sés franco au secrétaire communal avant le 15 mai 1877. Le prix
sera remis pendant les fêtes qui seront célébrées à l'occasion du
300e anniversaire de la naissance de Rubens. Par 28 voix contre
2, la langue néerlandaise a été imposée aux concurrents. Cette
décision est vivement critiquée par la presse belge de langue
française.

Dans cette même séance, le Conseil communal d'Anvers a dé-
cidé que le Musée Plantin, dont la ville a fait récemment l'acqui-
sition, serait pourvu d'une commission administrative, et que les
fonctions de conservateur de l'établissement seraient réparties
entre un administrateur et un bibliothécaire-archiviste.

Etats-Unis. — Une frégate américaine est arrivée à South-
ampton pour prendre à bord les envois destinés à l'Exposition
universelle de Philadelphie par les artistes américains habitant
l'Angleterre.

Pays-Bas. — Le roi a donné à la société Ani et Amicitiœ
d'Amsterdam un capital dont le revenu est destiné à être réparti
chaque année en encouragements et récompenses aux jeunes artistes
qui se distinguent dans la peinture d'après le modèle vivant et
l'étude du nu.
loading ...