L' art: revue hebdomadaire illustrée — 2.1876 (Teil 1)

Page: 32
DOI issue: DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1876_1/0043
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L'A

RT.

Angleterre pour le commencement de 1876. Il est profondément
regrettable que les recherches si intéressantes de ce savant soient
ainsi interrompues.

— Le Burlington Fine Arts Club organise une exposition des
œuvres de William Blake, le dessinateur auquel M. Comyns Carr
a consacré dernièrement de si intéressants articles.

— Tandis que la princesse Christian d'Augustenbourg accorde
son patronage à l'école de South-Kensington pour les travaux
artistiques à l'aiguille, la princese Louise d'Angleterre patronne
une Société qui a un but analogue, celui d'occuper des dames
pauvres à la confection de broderies, dentelles et autres articles
de luxe d'un caractère réellement artistique. The Ladies fVork
Society, tel est le titre de cette association féminine qui est appelée
à rendre de grands services à une intéressante classe sociale, car,
dans le style actuel de l'ameublement, un vaste champ est ouvert
aux travaux d'aiguille, draperies travaillées à la main, housses,
rideaux, etc. Le 3 novembre, la Société a mis ses produits en
vente dans son local, 31, Sloane street, à Londres. \J Architect
constate que le niveau général des échantillons exposés est assez
élevé, notamment quant au goût qui préside à l'assemblage des
couleurs. En revanche, pour le dessin, il critique l'insuffisance
des grandes lignes et l'abus des petits détails. Mais il ne doute
pas de la prospérité de la Société dans une direction artistique.
M. Severn paraît être un des principaux dessinateurs de la
Société. Un des meilleurs ornements a été fourni par S. A. R.
la princesse Louise ; c'est un encadrement en arabesques dans les
diverses nuances du bleu.

— Plusieurs artistes, membres de Y Arundel Society, lui ont
envoyé des dessins d'après des tableaux de maîtres anciens,
entre autres : les restes de deux fresques de Cimabue, au mo-
nastère de Saint-François d'Assise ; des œuvres de Giotto et
Cavallini se trouvant également à Assise ; le tableau de Gior-
gione, à Castelfranco ; un tableau de Paolo Morando (de Cavaz-
zola) dans la galerie de Vérone; un triptyque de Jean Mabuse à
la galerie de Palerme ; une fresque par Piero délia Francesca à
Borgo San Sepolchro.

— M. Dalou, le sculpteur français établi à Londres, travaille
à un groupe représentant des enfants jouant à cache-cache der-
rière un arbre. Ce groupe sera exposé en plâtre à la prochaine
exposition de la Royal Academy, pour être ensuite exécuté en
marbre.

— Le tableau bien connu du peintre allemand Becker, le
Carnaval de Venise, à la galerie de l'Exposition internationale
à South-Kensington, a été vendu au prix de 950 guinées
(21,750 francs).

Belgique. — A l'occasion de l'Exposition générale des
Beaux-Arts de 1875 (Salon de Bruxelles), sont promus et nom-
més dans l'ordre de Léopold :

Officiers : MM. Bida, artiste peintre, dessinateur à Paris;
De Winne, artiste peintre à Bruxelles; Quinaux, artiste peintre
à Bruxelles, et TSchaggeny, artiste peintre à Bruxelles.

Chevaliers : Barthelmes, artiste graveur à Dusseldorf ; Biot,
artiste graveur à Bruxelles; Bourré, statuaire, id.; Cluysenaar,

artiste peintre, id.; Coosemans, artiste peintre, id.; De Boch-
man, artiste peintre à Dusseldorf; de Fûhrich, artiste peintre à
Vienne; Gabriel, artiste peintre à Bruxelles; Gaillard, artiste
graveur à Paris; Goupil, artiste peintre, id,; Hermans, artiste
peintre a Bruxelles; Jaquet,statuaire, id.; Meunier, artiste peintre,
id.; Munthe, artiste peintre à Dusseldorf, et Richter, artiste
peintre à Berlin.

La médaille d'or est décernée aux artistes dont les noms suivent :
Pour la peinture, M. Agneessens, à Bruxelles; M"' Beernaerr,
à Bruxelles; MM. Falguière, à Paris ; Gérard, à Bruxelles; Le-
brun, à Gand ; Mois, à Anvers, et Serrure, à Bruxelles. Pour
la sculpture, MM. De Vigne, à Gand; Vinçotte, à Bruxelles.
Pour l'architecture, M. Blomme, à Anvers.

Indes. — L'Art à Calcutta. — Lord Northbrook, en ou-
vrant, vers le commencement de 1874, une exposition d'œuvres
d'art à Calcutta, a exprimé le désir de voir une galerie natio-
nale permanente établie dans cette capitale, et il a engagé les
habitants européens et les indigènes à faire de leur mieux pour
mettre une pareille institution sur pied. On annonce maintenant
que les mesures préliminaires sont prises et que le prince de
Galles sera prié d'ouvrir le nouveau Musée. Les commencements
seront probablement des plus humbles, et il se passera sans doute
bien des années avant que Calcutta puisse se glorifier d'une col-
lection de tableaux de tout premier ordre. Mais il n'y a aucune
raison pour ne pas atteindre ultérieurement ce résultat, car le Ben-
gale peut mettre en mouvement bon nombre d'indigènes assez
riches et animés de ce que les Anglais appellent le public spirit,
pour accorder leur concours au développement de la culture artis-
tique.

Italie. — Un reliquaire splendide du xve siècle, l'œuvre des
maîtres allemands, Nicolo Tcdesco et Juane Lion da Cologna,
vient d'être acheté récemment à Venise par une dame de la
famille de Rothschild. C'est un ouvrage très-décoratif en style
gothique allemand, orné de figures nombreuses et de bas-reliefs.
La main de sainte Marthe paraît y avoir été renfermée autre-
fois. On ne sait pas ce qu'est devenue cette relique, qui appar-
tenait jadis à l'une des églises de Venise. A l'heure qu'il est,
dit Y Academy. il est évident que le contenant est considéré
comme plus précieux que le contenu.

— M. le chevalier Giovanni Vico a fait, le 24 novembre,
don à la Pinacothèque Royale de Turin d'une précieuse collection
de gravures que l'éminent directeur général de ce riche Musée,
M. le commandeur baron Francesco Gamba, s'est immédiatement
consacré à cataloguer.

— Le 23 novembre, la Chambre des députés a, par 186 voix
sur 216 votants, approuvé la loi allouant un crédit pour la
« conservation du Cenacolo, d'Andréa del Sarto. »

Dans la même séance, M. Betti, commissaire royal pendant la
maladie du ministre de l'instruction publique, M. Bonghi, a fa-
vorablement accueilli les recommandations de M. di Carpegna au
sujet des travaux de restauration du monument national d'Ur-
bino, pour lesquels l'honorable député demandait la présentation
d'un projet de loi.

NÉCROLOGIE

— M. George Belton Moore vient de mourir dans sa
soixante-dixième année. Il exposait souvent à la Royal
Academy et à d'autres expositions. Auteur d'un livre intitulé :
La Perspective, ses principes et sa pratique, 1851 ; et d'un
autre ouvrage : Les Principes de la couleur appliqués à l'art
décoratif, publié la même année, M. Moore était professeur

de dessin à l'Académie militaire de Woolwich et kï'Uni-
versity Collège de Londres. Il doit surtout sa réputation à
sa connaissance approfondie de la perspective, et cette spé-
cialité le faisait rechercher d'un grand nombre d'artistes, et
des plus distingués, qui sollicitaient sa collaboration.

Le Directeur-Gérant, EUGÈNE VÉRON.
loading ...