L' art: revue hebdomadaire illustrée — 7.1881 (Teil 2)

Page: 165
DOI article: DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1881_2/0185
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
GUIDE RAISONNÉ DE L'AMATEUR ET DU CURIEUX.

i65

Heureusement, il n'est pas nécessaire de dige'rer tout ce
fatras pour sentir les innombrables beautés de la musique du
maître. On dit que, pour célébrer le succès immense et pro-
longé de la Flûte enchantée, Schikaneder, l'heureux imprésario
auteur de cet ingénieux poème, fit rebâtir son théâtre, au faîte
duquel il exigea qu'on plaçât sa propre statue dans le costume

emplumé de Papageno. Pour être juste, il eût dû placer bien
plus haut encore, dans les airs, un éblouissant soleil, dont les
rayons se seraient projetés sur ce bronze, et qui aurait re-
présenté le divin génie de Mozart animant les burlesques con-
ceptions de son collaborateur.

Octave Fouque.

GUIDE RAISONNÉ DE L'AMATEUR ET DU CURIEUX

XXI

vente de la collection de feu m. frederic hartmann

(7 mai 1S81. — Commissaire-Priseur : M» Charles Pillet.
Expert : M. Gkorges Petit.)

Cette collection, aussi peu nombreuse que choisie, — seize
tableaux, un pastel et quatre dessins, — était exclusivement
consacrée à Théodore Rousseau et à Millet, dont M. Hartmann
avait été de tout temps le fervent admirateur et dont il avait
conquis quelques œuvres de tout premier ordre.

La vente qui a eu lieu dans l'hôtel du défunt, 18, rue de
Courcelles, avait attiré le dessus du panier des Curieux et
demeurera l'un des principaux événements de la brillante saison
qui touche à sa lin.

Le total de la vente s'est élevé à 798,570 fr.

N' 1 du catalogue. L'Empereur du Maroc, par Eugène
Delacroix. — 28,100 fr., à M. Gustave Pereire.

N° 2. Lion attaqué, par Eugène Delacroix. — 10,000 fr., à
M. Brame.

Ces deux toiles sont de la plus belle qualité du maître.

N° 3. Le Greffeur, par J. F. Millet. — 15;,000 fr., à
M. Georges Petit.

N" 4. Femme venant de puiser de l'eau, par J. F. Millet. —
78,000 fr., à M. Avery, pour le Musée de New-York, dit-on.
Superbe tableau.

N° 5. La Récolte du sarrasin (Basse-Normandie), par Millet.

— 47,000 fr., au Musée de Philadelphie.

N" 6. Les Meules, par Millet. — 56,000 fr., à Mmo Samson-
Davillier.

N° 7. Les Falaises à Gruchy, par Millet.— 49,500 fr..
à M. Alfred Marne, de Tours.

N° 8. Paysan étalant du fumier, par Millet. — 3))Ooo fr.,
à M. Raffard.

N° 9. Le Printemps, important paysage inachevé de Millet.

— 4;,000 fr., à Mmc Samson-Davillier.

N' 10. Femme étendant du linge, par Millet. — 10,200 fr.,
à M. G. Petit.

N° n. Tentation de saint Antoine, pastel de Millet.—
1,300 fr., à M. Gros-Hartmann.

N" 12. Le Marais dans les Landes, merveilleux chef-
d'œuvre de Théodore Rousseau, a été conquis pour l'État, au
prix de 129,000 fr. Cette acquisition, qui fait le plus grand
honneur au goût éclairé de M. Edmond Turquet, a été saluée
par de longues salves d'applaudissements, et l'honorable sous-
secrétaire d'État a été l'objet des félicitations de toute l'assis-
tance.

N° 13. Le Four communal dans les Landes, par Th. Rous-
seau. — 47,000 fr., à M. Brame. Fort beau tableau.

•N" 14. Coucher de soleil, par Th. Rousseau. — 20,100 fr.,
à MM. Arnold et Tripp.

N» 15. Le Village. — 38,000 fr.

N° 16. La Ferme dans les Landes. — 73,000 fr.

Ces deux tableaux d'un dessin magistral, de la plus savante,
de la plus élégante composition, sont malheureusement de la
décadence du maître, c'est-à-dire exécutés dans cette manière
sèche, dure, tricotée, qui caractérise la peinture des dernières
années de Rousseau.

N" 17. Une Plaine aux Pyrénées, par Th. Rousseau. —
17,000 fr., à M. Reitlinger.

N° 18. La Plaine de Barbiçon, dessin par Th. Rousseau. —
155 fr., à M. Pacot d'Yenne.

N" 19. Étude pour le tableau : la Ferme, dessin de Th. Rous-
seau. — 27; fr., à M"10 Peigné-Crémieux.

N" 20. Un Pacage, dessin rehaussé de Th. Rousseau. —
360 fr., à Mmc Peigné-Crémieux.

N' 11. Village sous de grands arbres, dessin capital de
Th. Rousseau. — 600 fr., à M. Noucttc-Delorme.

Il a été publié de la Collection Hartmann un catalogue
illustré tiré sur grand papier, qui mérite de prendre place dans
la bibliothèque des Curieux. Il est rédigé avec soin et ne pèche
que par l'oubli d'un renseignement des plus utiles; on a omis
d'indiquer pour chaque tableau s'il est peint sur toile ou sur
panneau; la mention des signatures est également absente.

Les eaux-fortes font honneur à nos collaborateurs,
MM. Gustave Greux, Gaujean, Champollion, Ch. Courtry,
Lurat, Milius, etc. Il est déplorable que nous ne puissions en
dire autant des planches du grand catalogue de la galerie de
M. le baron de Bcurnonville dont la vente commencée le 9 mai
se terminera le 16; il eût mille fois mieux valu ne pas illustrer
ce catalogue que de le souiller par la présence de gravures telles
que celles de MM. Duvivier, Vion, Mercier, Gilbert, Guérard,
Mousanto, Morse, Laguillermie, etc. Ces messieurs sont d'autant
plus coupables qu'ils ont plus de talent. Ils allèguent qu'ils ont
été fort mal rétribués. Que le fait soit vrai ou faux, il ne diminue
en rien la grave responsabilité qui leur incombe. S'il est vrai,
c'était à eux de refuser une rémunération dérisoire; mais, du
moment qu'ils l'acceptaient, il était de leur devoir strict de
respecter tout au moins leur art au lieu de le déshonorer en
signant ces planches scandaleusement mauvaises, témoignages
implacables de leur extrême élasticité de conscience.

XXII

the bale collection

Le 13 mai, a commencé h Londres chez les célèbres Auc-
tioneers, MM Cristie, Manson et Woods, la vente des tableaux
anciens et modernes et des aquarelles composant la première
partie des collections de feu Charles Sackville Baie, qui fut l'un
des plus fins connaisseurs des Trois Royaumes.

Le 17 mai et jours suivants, il sera procédé à la vente de la
seconde partie : émaux, porcelaines, bronzes, etc., de l'Orient.
La troisième partie comprendra l'argenterie, les bijoux, les
montres, sculptures, objets d'ameublement, et sera vendue le
loading ...