L' art: revue hebdomadaire illustrée — 7.1881 (Teil 2)

Page: 248
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1881_2/0276
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
248

L'ART.

— M. Edmond Turquet, Sous-Secrétaire d'État des
Beaux-Arts, vient d'être frappé du coup le plus cruel;
Mmo Turquet a succombé le 23 mai à une attaque de
fièvre scarlatine.

Le mercredi 25 mai, à dix heures du matin, ont eu
lieu ses obsèques. Tout ce qui touche au monde des arts
s'est fait un devoir de s'associer à la douleur de M. E. Tur-
quet. Le nombre des assistants peut être évalué à plusieurs
milliers de personnes, dont l'empressement était moins
une marque de déférence pour la situation officielle du
fonctionnaire qu'un témoignage d'estime et de sympathie
pour le caractère de l'homme.

— Nous apprenons avec un vif regret la mort, à Saint-
Cyr-en-Talmondais (Vendée), de notre éminent et sympa-
thique collaborateur, M. Benjamin Fillon, qui s'était fait
un nom parmi les érudits et les collectionneurs. Secrétaire
général de la Vendée en 1848, il fut désigné en 1870 comme
préfet de ce département; mais il ne crut pas devoir accep-
ter cette place. L'époque de la Révolution française avait
attiré de préférence les recherches de ce connaisseur
savant et vraiment distingué, qui a fourni à M. Michelet et à
M. Louis Blanc d'importantes notes pour leurs ouvrages.

L'histoire des guerres de Vendée n'aurait pu être écrite
par un homme plus instruit des événements et du détail
même de cette grande lutte. En même temps les curiosités
littéraires sollicitaient cet érudit ; on lui doit notamment
d'avoir précisé plus d'un point de la biographie de
Molière.

La vente des autographes et des pièces historiques,
recueillis par lui, qui attira, il y a quelques années, tout
un public d'amateurs, n'a pas épuisé tous les trésors

historiques et artistiques mis en réserve par ce collection-
neur si patient et si heureux dans ses recherches. Notre
collaborateur, M. Maurice Tourneux, qui était très lié avec
M. Benjamin Fillon, nous donnera dans quelques jours
une biographie complète de cet homme de bien, chez qui
le goût de l'érudition n'excluait pas un amour passionné
pour l'art. M. Benjamin Fillon souffrait depuis longtemps
d'un cancer à l'estomac qui l'avait forcé d'interrompre un
travail qu'il préparait pour cette Revue.

— M. Samuel Palmer, qui était à la fois un des peintres
aquarellistes et des graveurs à l'eau-forte les plus estimés
d'Angleterre, est mort le a5 mai à Reigate, à la suite d'une
courte maladie.

■— M. Eugène Maus, greffier-adjoint à la cour d'ap-
pel de Bruxelles, qui s'était révélé comme peintre plein
d'avenir, a succombé le 27 mai à la cruelle maladie
qui était venue, il y a environ un an, l'arrêter dans sa
carrière.

— Nous apprenons la mort, à Stockholm, du célèbre
architecte suédois, M. Frédéric Scholander, directeur de
l'École des beaux-arts de cette ville.

Né le 23 juin 1816, M. Scholander étudia l'architecture
à Paris, dans l'atelier de Lebas, où il eut pour camarades
MM. Ballu et Garnier.

La ville de Stockholm lui doit la plupart de ses monu-
ments modernes et la restauration des anciens. M. Scho-
lander était, en outre, peintre et poète; il laisse plusieurs
épopées qu'il a lui-même illustrées, sans compter un grand
ouvrage sur l'Art en Egypte, en Perse et dans les Indes.
Il était membre correspondant de l'Institut de France
depuis le 20 juillet 1878.

Le Directeur-Gérant : EUGÈNE VÉRON.
loading ...